Le PQ et la CAQ se tiennent debout devant un groupe islamiste

Le PQ et la CAQ se tiennent debout devant un groupe islamiste

mar, 01/09/2018 – 15:30
Posté dans :
0 commentaire

Un groupe islamiste cherche à instrumentaliser la tragédie du 29 janvier 2017 survenue à la grande mosquée de Québec.

Sources : CNMC #1, #2Le SoleilPoint de bascule et GRCPhoto : CC0

Le Parti québécois (PQ) et la Coalition Avenir Québec (CAQ) s'opposent à la proposition du Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) de décréter une journée nationale contre l'islamophobie. En effet, le 5 janvier, le CNMC avait envoyé une lettre ouverte au premier ministre Justin Trudeau proposant la date du 29 janvier comme Journée nationale de commémoration et d’action contre l’islamophobie. Rappelons que c'est le 29 janvier 2017 qu'Alexandre Bissonnette avait fait feu sur des fidèles réunis à la grande mosquée de Québec, tuant six d'entre eux.

Or, la récupération politique de cet événement ne plaît ni à la CAQ ni au PQ. Pour la CAQ, la tragédie est un « geste intolérable d’une seule personne et non pas celui d’une société entière ». Pour elle, « les Québécois sont ouverts et accueillants, ils ne sont pas islamophobes. » Pour le PQ, la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale souligne suffisamment la problématique des relations entre différentes cultures. Le Québec, dit-il, n'a qu'à s'en tenir à cette journée.

Qu'est-ce que le CNMC ?

Le Conseil national des musulmans canadiens est affilié à l'organisme américain Council on American-Islamic Relations (CAIR), accusé à plusieurs reprises d'être un bailleur de fonds du groupe terroriste Hamas. C'est pour cette raison qu'en 2009 le FBI avait mis un terme à tous ses contacts avec le CAIR. 

Au Canada, en 2014, le quartier général de la GRC à Ottawa avait ordonné à sa division du Manitoba de se dissocier d’un guide du CNMC/CAIR-Canada qui endossait l’imam Siraj Wahhaj. Membre des Frères musulmans, l'une des organisations responsables de la montée de l'intégrisme au vingtième siècle, Siraj Wahhaj est ouvertement sympathique à Al-Qaida et n'a jamais caché qu'il était favorable à ce que les hommes musulmans battent leurs femmes, un discours récurrent chez les islamistes. Il avait été désigné co-conspirateur non inculpé dans le procès pour l'attentat à la voiture piégée contre le World Trade Center en 1993.

Le 7 novembre dernier, le CNMC, en compagnie entre autres de l'Association canadienne des libertés civiles (ACLC), avait déposé une contestation devant la Cour supérieure du Québec, à Montréal, contre la loi 62 sur la neutralité religieuse. Ces organismes voulaient faire invalider l'article 10 de la loi qui stipule que la prestation et la réception de services publics doivent se faire « à visage découvert ». Selon le CNMC et l'ACLC, cet article portait « gravement atteinte à la liberté de religion et au droit à l'égalité de certaines femmes musulmanes au Québec ». Le juge Babak Barin, de la Cour supérieure du Québec, avait en partie répondu à leurs demandes en suspendant temporairement l'article en question.

Le CNMC était aussi derrière le renvoi de Christine Douglass-Williams de son poste d'administratrice du conseil de la Fondation canadienne des relations raciales à cause d'un article qu'elle avait publié en mai 2017, intitulé My personal warning to Icelanders, ou « Mon avertissement personnel aux Islandais ». Mme Douglass-Williams, dans son article, mettait en garde les Islandais contre les islamistes, qui, clamait-elle, étaient en train d'abuser de leur tolérance et de leur ouverture d'esprit pour s'infiltrer sournoisement dans leur société.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.