Des musulmanes en défaveur de la journée contre l'islamophobie

Des musulmanes en défaveur de la journée contre l'islamophobie

sam, 13/01/2018 – 15:00
Posté dans :
1 commentaire

D'autres voix se sont élevées pour dénoncer la tentative des islamistes d'instrumentaliser la tragédie du 29 janvier 2017.

Sources : Facebook #1, #2 et Journal de Montréal / Photo : Mahfoud Ka, WikimediaCC BY-SA 4.0 (Image rognée)

Le journal Le Peuple rapportait mercredi dernier que des musulmans s'opposaient à la journée nationale contre l'islamophobie, une idée soutenue par le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC), une organisation islamiste. Or, d'autres personnalités musulmanes ont depuis dénoncé cette initiative.

Ainsi, une personnalité musulmane, l'écrivaine Nassira Belloula, croit qu'instaurer une journée nationale contre l'islamophobie « ne servira qu'[à] attiser haine et fracture surtout que la date choisie est celle du drame de l'odieux assassinat de la mosquée [de] Québec ». Elle en veut aux groupes islamistes « qui ne cessent de se victimiser pour grignoter des droits qu'on donne pas aux autres [et] nous empêchent de vivre en paix comme musulmans mais surtout comme citoyens partageant le même pays avec nos droits et nos devoirs », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Quant à l'ex-députée Fatima Houda-Pépin, elle trouve « odieux » ce « détournement de la commémoration du premier anniversaire de l'attentat de Québec », faisant référence au fait que la date suggérée pour une telle journée est celle du 29 janvier, date de l'attentat de Québec. Pour elle, « des groupes islamistes [...] n'hésitent pas à s'approprier la mort des défunts pour faire avancer leur agenda politique », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Puis dans un article publié dans Le Journal de Montréal, Mme Houda-Pépin en ajoute en soulignant que la société québécoise a eu « une attitude digne et exemplaire » au lendemain de l'attentat contre la mosquée de Québec. Elle déplore que des groupes islamistes soient devenus crédibles aux yeux des politiciens, « qui les prennent pour les ''porte-parole des musulmans'' sans jamais remettre en question leur représentativité ».

Selon Mme Houda-Pépin, même les funérailles des victimes des attentats avaient été arrangées par des islamistes en mal de visibilité. Elle cite un membre de la famille de l'un des défunts, qui parlait de « hold-up funèbre » et disait que les familles avaient « été exclues de tous les préparatifs de la cérémonie officielle des funérailles ». « Notre surprise a été grande de découvrir que la cérémonie officielle a été prise en charge par les organismes liés à la mosquée El Badr de Montréal, qui ont occupé le devant de la scène », avait ajouté cet homme.

Rappelons également que Camille Carrier, dont la fille a été victime d'un attentat islamiste au Burkina Faso, s'était elle aussi indignée sur sa page Facebook contre l'idée de créer une journée nationale contre l'islamophobie. Sur le plan politique, la Coalition Avenir Québec et le Parti Québécois s'y sont aussi opposés.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Les musulmans modérés prennent la parole et reconnaissent l'influence des extrémistes musulmans et les désapprouvent ouvertement.