Les islamistes cherchent à faire de la récupération politique

Les islamistes cherchent à faire de la récupération politique

mar, 16/01/2018 – 17:30
Posté dans :
2 commentaires

C'est ce qu'a affirmé Zahra Boukersi, dont la nièce a perdu son mari dans l'attentat contre la mosquée de Québec.

Source : 98,5 FMPhoto : HK Vidéos

Après l'ingénieur Nacer Irid, la professeure Nadia El-Mabrouk, l'écrivaine Nassira Belloula, l'ex-députée Fatima Houda-Pépin et le consultant Ferid Chikhi, une autre voix s'est opposée à l'instauration de la journée nationale contre l'islamophobie.

Zahra Boukersi, dont la nièce a perdu son mari dans l'attentat contre la mosquée de Québec, a accordé à ce sujet une entrevue à l'animateur Paul Arcand de la station radiophonique 98,5 FM. Pour Mme Boukersi, l'idée d'instaurer une journée nationale contre l'islamophobie est « déplacée » : « Cette journée [...] devrait être consacrée à la mémoire des gens qui ont perdu la vie », a-t-elle dit, ajoutant « qu'on ne devrait pas en faire une vitrine pour avancer des pions sur le plan idéologique ».

Répondant à la question de l'animateur qui lui demandait de préciser sa pensée, Mme Boukersi a dit croire que des groupuscules islamistes allaient profiter de la journée de commémoration du premier anniversaire de la tuerie de Québec pour promouvoir leurs programmes politiques. « C'est clair, net et précis. Et c'est ça qui me fait mal au coeur », a-t-elle déclaré.

Elle a révélé que lors des funérailles des victimes à l'aréna Maurice-Richard l'an dernier, des gens qu'elle ne connaissait pas avaient pris la parole pour tenir des discours radicaux. Elle a ainsi posé la question : « Qui les a mandatés pour parler au nom de la communauté [musulmane] ? » Elle a spécifié qu'elle ne s'était jamais sentie marginalisée au Québec. Puis elle a demandé : « Comment peut-on traiter les Québécois d'islamophobes ? »

Fait surprenant, elle dit avoir été agressée par trois femmes musulmanes ici même au Québec parce qu'elle ne portait pas le voile. Elles l'ont traitée « de tous les noms », a-t-elle révélé, ce qu'elle dit n'avoir jamais vécu même dans son pays d'origine, l'Algérie. C'est pourquoi elle met en garde le Québec de ne pas ouvrir la porte aux islamistes.

Rappelons que Camille Carrier, dont la fille a été victime d'un attentat islamiste au Burkina Faso, s'était elle aussi indignée sur sa page Facebook contre l'idée de créer une journée nationale contre l'islamophobie. Sur le plan politique, la Coalition Avenir Québec et le Parti Québécois s'y sont opposés dès le départ.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?