Attendez le plus possible avant d'immatriculer vos armes

Attendez le plus possible avant d'immatriculer vos armes

sam, 03/02/2018 – 17:40
Posté dans :
0 commentaire

Tel est le message de plusieurs opposants au registre québécois des armes à feu, qui est en vigueur depuis le 29 janvier.

Sources : Radio-Canada, La PresseFacebook (2:30 à 2:50) et CHOI 98,1 Radio X (02:50 à 03:30 et 08:00 à 08:30) / Photo : CC0

Le registre québécois des armes à feu est en vigueur depuis le 29 janvier et les propriétaires d'armes à feu ont un an jour pour jour pour immatriculer les armes qu'ils ont déjà en leur possession. Toutefois, plusieurs opposants à ce registre demandent aux gens d'attendre le plus longtemps possible afin de le faire.

Désobéissance civile ? Pas pour le moment du moins, car le gouvernement donne aux propriétaires d'armes à feu un an pour se conformer à la loi. « Si j'enregistre mes armes immédiatement, qu'est-ce que j'envoie comme message ? », a demandé rhétoriquement l'animateur de l'émission Loisirs, chasse et pêche, Martin Bourget, dans une vidéo Facebook. « Si on est beaucoup à enregistrer nos armes [maintenant], […] on donne notre approbation […] à ce registre-là », a-t-il fait valoir.

La Sûreté du Québec (SQ), toutefois, ne semble pas aimer cette opposition. Le contrôleur des armes à feu de la SQ, Éric Benoît, a dit qu'en cas d'infraction à la loi, il y aurait non seulement une amende, mais peut-être aussi une enquête plus approfondie. En entrevue à La Presse canadienne, M. Benoît a dit que le registre des armes à feu était un bon outil pour améliorer la sécurité des Canadiens.

Guy Morin, président du groupe Tous contre un registre québécois des armes à feu, n'est pas d'accord avec cette vision. À CHOI 98,1 Radio X, il a déclaré : « Un jour au Québec, est-ce qu'on va finir par se lever debout pis arrêter de toujours avoir des maudites histoires de lois […] qui sont juste là pour nous réprimer et enlever des droits et libertés ? Juste pour satisfaire des gens pour des motifs de faux sentiments de sécurité ? » Il a souligné que dans le reste du Canada, le registre des armes à feu – qui a été aboli sous Stephen Harper – avait été un « fiasco ».

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent