Attendez le plus possible avant d'immatriculer vos armes

Attendez le plus possible avant d'immatriculer vos armes

sam, 03/02/2018 – 17:40
Posté dans :
0 commentaire

Tel est le message de plusieurs opposants au registre québécois des armes à feu, qui est en vigueur depuis le 29 janvier.

Sources : Radio-Canada, La PresseFacebook (2:30 à 2:50) et CHOI 98,1 Radio X (02:50 à 03:30 et 08:00 à 08:30) / Photo : CC0

Le registre québécois des armes à feu est en vigueur depuis le 29 janvier et les propriétaires d'armes à feu ont un an jour pour jour pour immatriculer les armes qu'ils ont déjà en leur possession. Toutefois, plusieurs opposants à ce registre demandent aux gens d'attendre le plus longtemps possible afin de le faire.

Désobéissance civile ? Pas pour le moment du moins, car le gouvernement donne aux propriétaires d'armes à feu un an pour se conformer à la loi. « Si j'enregistre mes armes immédiatement, qu'est-ce que j'envoie comme message ? », a demandé rhétoriquement l'animateur de l'émission Loisirs, chasse et pêche, Martin Bourget, dans une vidéo Facebook. « Si on est beaucoup à enregistrer nos armes [maintenant], […] on donne notre approbation […] à ce registre-là », a-t-il fait valoir.

La Sûreté du Québec (SQ), toutefois, ne semble pas aimer cette opposition. Le contrôleur des armes à feu de la SQ, Éric Benoît, a dit qu'en cas d'infraction à la loi, il y aurait non seulement une amende, mais peut-être aussi une enquête plus approfondie. En entrevue à La Presse canadienne, M. Benoît a dit que le registre des armes à feu était un bon outil pour améliorer la sécurité des Canadiens.

Guy Morin, président du groupe Tous contre un registre québécois des armes à feu, n'est pas d'accord avec cette vision. À CHOI 98,1 Radio X, il a déclaré : « Un jour au Québec, est-ce qu'on va finir par se lever debout pis arrêter de toujours avoir des maudites histoires de lois […] qui sont juste là pour nous réprimer et enlever des droits et libertés ? Juste pour satisfaire des gens pour des motifs de faux sentiments de sécurité ? » Il a souligné que dans le reste du Canada, le registre des armes à feu – qui a été aboli sous Stephen Harper – avait été un « fiasco ».

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.