La gauche a trahi ses idéaux, clame Richard Martineau

La gauche a trahi ses idéaux, clame Richard Martineau

mar, 13/02/2018 – 18:05
Posté dans :
1 commentaire

Un de ses billets a fait réagir beaucoup de gens, dont certains qui appellent à la valorisation d'une autre gauche.

Sources : Le Journal de Montréal et Facebook / Photo : CC0

Le 19 janvier, Roméo Bouchard, cofondateur de l'Union paysanne et de la Coalition pour la Constituante, et le sociologue Louis Favreau avaient publié un manifeste dans lequel ils appelaient à la valorisation d'une autre gauche, une « gauche citoyenne et démocratique », en opposition à la gauche multiculturelle.

C'est que la gauche multiculturelle, selon eux, « tente d'imposer une nouvelle rectitude politique et crée un immense malaise parmi les forces progressistes ». Les auteurs du manifeste soulignent que l'« intransigeance et dogmatisme moral » de cette gauche blesse beaucoup de Québécois « attachés à leur peuple, en plus de détourner l'attention de problèmes importants pour l'ensemble de la population ». Bref, clament-ils, « cette gauche divise et exclut plus qu'elle ne rassemble et inclut ».

Dans un billet paru dans Le Journal de Montréal lundi, Richard Martineau a abondé dans le même sens que MM. Bouchard et Favreau. Le chroniqueur admet qu'il a changé de camp au fil du temps, passant de la gauche à la droite, car, écrit-il, « si à 56 ans, tu penses comme tu pensais à 26 ans, tu as perdu 30 ans de ta vie ». M. Martineau dit qu'il a changé de camp parce que la gauche, soutient-il, « a trahi ses idéaux ».

Le chroniqueur nous offre quelques exemples de cette trahison :

  • « Avant, la gauche ridiculisait la religion. Maintenant, elle protège les intégristes ».
  • « Avant, la gauche était libertaire. Maintenant, elle est puritaine ».
  • « Avant, la gauche aimait les débats, les confrontations d'idées. Maintenant, elle réclame des ''safe spaces'' dans les universités ».
  • « Avant, la gauche défendait les intérêts des petits travailleurs menacés par la mondialisation et l'ouverture des frontières. Maintenant, la gauche rêve d'une immigration massive qui tirerait les salaires vers le bas et ferait le bonheur du grand capital ».
  • « Avant, la gauche se battait au nom de la nation. Maintenant, elle rêve de détruire la nation ».
  • « Avant, la gauche était progressiste. Maintenant, elle est régressive ».

Sur sa page Facebook, Roméo Bouchard a réagi à l'article de Richard Martineau en soulignant que plusieurs pensaient comme lui. Il a ajouté que la division au sein de la gauche « n'est ni une affaire de Montréal-régions, ni une affaire de génération », mais plutôt un « clivage politique, idéologique ».

Commentaires

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.