Le sentiment anti-blanc est inapproprié, dénoncent des citoyens

Le sentiment anti-blanc est inapproprié, dénoncent des citoyens

ven, 09/03/2018 – 10:45
Posté dans :
0 commentaire

Dans l'Ouest, une commission scolaire, sous le prétexte de combattre le « racisme », a dépeint négativement les Blancs.

Sources : Facebook, CTV News et CBC NewsPhoto : Facebook

Sous le prétexte de combattre le « racisme », une commission scolaire de la Colombie-Britannique a lancé une campagne dans laquelle elle dénonce ce qu'elle qualifie de « privilège blanc ».

Kansas Field Allen, la mère d'un élève de la Kumsheen Secondary School, de Lytton, a publié des photographies des affiches qui ont été placardées sur un mur de l'école. L'une de ces affiches montre la directrice de la commission scolaire, une femme blanche, accompagnée de ce commentaire : « J'ai bénéficié injustement de la couleur de ma peau. Le privilège blanc est inacceptable. » Sur une autre affiche qui montre une femme autochtone, le commentaire suivant est apposé : « J'ai subi le racisme. Et vous ? »

Cette campagne a été lancée par la commission scolaire Gold Trail et elle est inspirée d'une campagne semblable menée l'an dernier à Saskatoon, en Saskatchewan, à la différence qu'il s'agissait, dans ce cas, de panneaux d'affichage le long des routes. Sur l'un de ces panneaux, on y voyait un homme déclarer : « ... Je dois reconnaître mon propre privilège et mes attitudes racistes. »

La directrice de la commission scolaire, Teresa Downs, soutient que les commentaires sur le privilège blanc sont le reflet de sa propre expérience. « Nous comprenons que la discussion sur la race et les privilèges peut rendre certaines personnes mal à l'aise », a déclaré Mme Downs. « Mais nous sommes également conscients [...] que nous ne pouvons pas avoir une conversation saine sur le racisme sans reconnaître qu'[il] confère des privilèges à certains groupes. »

Sur la page Facebook de Kansas Field Allen, certains commentaires ont été très critiques : « C'est tellement raciste. Quel genre d'idéologie cela promeut-il chez les étudiants ? », a écrit Sydney Allen. Un autre internaute, Swami Robert, a souligné que les gens au pouvoir avaient été éduqués de façon à avoir honte d'être blancs, et que du coup, cela donnait lieu à un complexe de culpabilité. « Je pense vraiment que les gens doivent commencer à parler et à repousser ce genre de stupidité », a-t-il affirmé.

Cela n'est pas sans rappeler un accrochage survenu entre le député conservateur Maxime Bernier et la députée libérale Celina Caesar-Chavannes. Cette dernière n'avait pas aimé l'opinion de M. Bernier sur le « racisme » et lui avait suggéré de « prendre conscience de ses privilèges » et de « se taire ».

Mme Caesar-Chavannes, qui est une femme noire, indiquait ainsi à M. Bernier que son opinion n'était pas pertinente parce qu'il est un homme et qu'il est blanc – donc, « naturellement avantagé » par la société, selon le jargon libéral qu'elle emploie souvent.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.