Les femmes aussi sont capables d'harcèlement au travail

Les femmes aussi sont capables d'harcèlement au travail

ven, 09/03/2018 – 13:00
Posté dans :
0 commentaire

Selon une stratège en ressources humaines, il serait faux de croire que les hommes ont le monopole du harcèlement.

Source : The Globe and Mail / Photo : CC0

Les hommes aussi sont victimes de harcèlement au travail et ils pourraient ne plus tolérer cette situation dans un proche avenir. C'est l'opinion qu'a émise Eileen Dooley, stratège en ressources humaines chez VF Career Management, de Calgary.

Dans un article paru dans le Globe and Mail, Mme Dooley offre quelques exemples d'hommes qui ont vécu une expérience de harcèlement. L'un de ceux-là, nouvellement embauché, recevait régulièrement des claques sur le derrière. Il s'était fait dire par sa patronne qu'elle et ses employés féminins voyaient ce geste comme un jeu.

Un autre avait été surpris par une collègue qui l'avait pris en photo, qu'elle avait ensuite juxtaposée à celle de George Clooney pour envoyer le tout par courriel à des collègues. Le courriel en question était accompagné du titre « Qui est le plus hot ? », et des cases permettaient aux femmes de soumettre leur vote. L'homme a raconté que si ce geste pouvait être considéré comme flatteur, il avait néanmoins trouvé l'expérience humiliante.

Pour Mme Dooley, si les hommes ne dénoncent pas ces abus, c'est parce que la société s'attend à ce qu'ils se battent et affirment leur virilité. « On s'attend à ce qu'ils encaissent le coup, que le harcèlement provienne de leur patron ou de quelqu'un d'autre », a-t-elle écrit, et qu'ils ne montrent pas leur « faiblesse », ou encore qu'ils ne forment pas de « groupe de soutien ».

Mais cet état de fait pourrait changer. « Tout comme les femmes ont trouvé leur voix, ne soyez pas surpris si les hommes la trouvent aussi — et commence à le crier sur les toits », a-t-elle précisé.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.