Hommes blancs, veuillez ne pas postuler pour cet emploi

Hommes blancs, veuillez ne pas postuler pour cet emploi

sam, 10/03/2018 – 08:00
Posté dans :
2 commentaires

L'organisme Fierté Montréal, dans son offre d'emploi, a décidé de pratiquer la discrimination contre les hommes blancs.

Sources : Indeed, Facebook, Le Journal de Montréal et Fierté Montréal (p. 28) / Photo : CC0

Il y a quelques jours, l'organisme Fierté Montréal publiait une offre d'emploi dans laquelle il informait les candidats que les anglophones seraient privilégiés au détriment des francophones. Le Journal de Montréal avait rapporté cette situation et, par la suite, Fierté Montréal s'était excusé et avait corrigé son offre d'emploi.

Cependant, quelque chose a échappé au Journal de Montréal : c'est que Fierté Montréal dit toujours privilégier certains candidats, à savoir ceux qui « s'identifient comme des femmes, des trans, des non binaires et/ou de couleur ».

Hommes blancs désavantagés

Dans un premier temps, on remarquera que Fierté Montréal pratique, avec ce critère, la discrimination envers les hommes blancs. Cette tendance est de plus en plus présente dans la société : tout récemment, au fédéral, une députée noire avait demandé à un député blanc de « prendre conscience de ses privilèges » et de « se taire » lorsqu'il était question du « racisme ».

Sur Facebook, un internaute, Alexandre Gauthier, a déploré une telle situation : « Autant chez la communauté LGBT que chez la population générale, les hommes blancs constituent le dernier choix. »

L'« identité de genre » mis de l'avant

Dans un second temps, on remarquera que Fierté Montréal ne privilégie pas les femmes ou les trans, mais les personnes qui s'identifient comme telles. C'est que Fierté Montréal reconnaît le concept d'« identité de genre », comme l'organisme le dit lui-même dans son Programme officiel de 2016.

Or, selon ce concept d'« identité de genre », une personne peut être un homme ou une femme comme elle peut s'identifier autrement qu'homme ou femme, et ce, sur la simple base de sa déclaration, sans égard pour sa réalité biologique. Il est d'autant plus important de comprendre cette définition, car le gouvernement fédéral a interdit la discrimination selon l'« identité de genre » en juin 2017.

Cette adhésion au concept de l'« identité de genre » par Fierté Montréal a fait tiquer un internaute sur Facebook, Ophélien Champlain. Il a déploré que la « communauté LGBT » soit « complètement noyautée par le féminisme intersectionnel et le marxisme culturel. » Il a écrit : « Je suis homo, et je me dissocie complètement de cette mouvance que je considère comme un adversaire politique. »

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.