Un Casque bleu tué, sept autres blessés au Mali

Un Casque bleu tué, sept autres blessés au Mali

lun, 16/04/2018 – 14:00
Posté dans :
0 commentaire

Les troupes de l'ONU ont été attaquées pour une 3e fois en un mois. Justin Trudeau veut toujours y envoyer nos soldats.

Sources de l'article : ONU, France 24, La Presse et Le Devoir / Source de la photo : CC0

Le 14 avril, la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) a été, pour la troisième fois en un mois, la cible d'une attaque. Cette dernière, bien organisée, a notamment impliqué des assaillants déguisés en Casques bleus, des tirs de roquettes et de mortier ainsi que des voitures piégées.

L'assaut a tué un Casque bleu et en a blessé sept autres. Sept soldats français et deux civils maliens ont aussi été touchés. Une quinzaine d'assaillants auraient été éliminés. Avec cette nouvelle attaque, ce sont 166 Casques bleus qui sont tombés au combat dans le cadre de la MINUSMA depuis le début de cette mission.

Cette mission inquiète les conservateurs, qui veulent la tenue d'un débat sur l'envoi des troupes canadiennes au Mali et un vote en chambre. Rappelons que le gouvernement Trudeau a annoncé qu'il allait envoyer une force opérationnelle aérienne et des employés des Forces armées canadiennes au Mali dans le cadre de la MINUSMA. L'implication du Canada devrait durer douze mois.

Or, le magazine Newsweek a parlé de la MINUSMA comme étant la plus dangereuse des missions de maintien de la paix de l'ONU. Le journal Libération a renchéri en écrivant que « pas un jour ne se passe […] sans que des civils ne soient tués, retrouvés parfois décapités ».

En conséquence, le député conservateur James Bezan a accusé le premier ministre, Justin Trudeau, d'utiliser les troupes canadiennes comme « pions » afin de « s'attirer des faveurs », car il « rêve d'un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies ». Il a affirmé qu'il n'y avait aucune paix à maintenir et qu'il ne voyait pas en quoi la MINUSMA était dans l'intérêt national du Canada.

Malgré tout, M. Trudeau a défendu lundi sa décision de participer à la MINUSMA. Il juge l'approche du Canada aux missions de maintien de la paix tout à fait pertinente à ce qui se passe au Mali.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.