Cours à la sexualité : une professeure interpelle le gouvernement

Cours à la sexualité : une professeure interpelle le gouvernement

jeu, 10/05/2018 – 16:30
Posté dans :
2 commentaires

Elle s'inquiète que le cours d'éducation à la sexualité ne soit pas à l'abri de dérives liées à l'idéologie transgenre.

Sources de l'article : La Presse, Global News et TVA Nouvelles / Source de la photo : CC0

La professeure Nadia El-Mabrouk a publié une chronique dans le journal La Presse dans laquelle elle implore le ministre de l'Éducation de s'assurer que le cours d'éducation à la sexualité soit à l'abri de dérives liées à l'idéologie transgenre.

Pour rappel, cette idéologie met de l'avant une vision du monde où une personne peut être un homme ou une femme comme elle peut s'identifier autrement que comme homme ou comme femme, et ce, sur la simple base de sa déclaration, sans égard pour sa réalité biologique. Autrement dit, une personne peut être ce qu'elle veut quand elle veut.

Mme El-Mabrouk souligne que ce nouveau paradigme « imprègne les discours politiques et les orientations gouvernementales » bien qu'aucun débat public n'ait eu lieu sur le sujet. À titre tout récent, Le Journal de Montréal a appris que le gouvernement du Québec comptait parler de transsexualité aux jeunes – et ce, vers douze ans, alors qu'ils entrent dans l'adolescence.

Or, il est difficile de formuler la moindre critique de l'idéologie transgenre. Mme El-Mabrouk associe cette dernière à une « religion » tant la situation est devenue préoccupante à ses yeux. Pour elle, les craintes de certains parents sont légitimes et ceux-ci « doivent être informés du contenu du cours, du matériel pédagogique et des intervenants ».

Mme El-Mabrouk explique qu'en Colombie-Britannique, le cours d'éducation à la sexualité intègre le vocabulaire transgenre « sous couvert de lutte contre la discrimination ». Notons que l'Ontario est aux prises avec un problème similaire et que le chef du Parti progressiste-conservateur, Doug Ford, promet de remplacer le cours s'il est élu premier ministre aux élections de juin.

« Nous sommes de nombreux parents à contester le cours d’Éthique et culture religieuse qui cantonne les enfants dans des appartenances religieuses. Allons-nous faire face, avec le cours d’éducation à la sexualité, à une nouvelle idéologie, encore plus intrusive, qui nie les sexes ? », se questionne Mme El-Mabrouk. Elle conclut : « J’appelle le ministre de l’Éducation à s’assurer que le cours soit à l’abri de telles dérives. »

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Bravo, Mme Nadia El-Mardouk, pour cette prise de position qui devrait encourager un grand mouvement de résistance contre la sottise totalitaire.