Les demandeurs d'asile proviennent d'une quarantaine de pays

Les demandeurs d'asile proviennent d'une quarantaine de pays

dim, 13/05/2018 – 22:00
Posté dans :
2 commentaires

Si l'an dernier 4 031 demandeurs d'asile venaient du Nigéria, ils ont été déjà 1 591 pour les 2 premiers mois de cette année.

Sources de l'article : Radio-Canada et Global NewsSource de la photo : Facebook

Selon des données qu'a obtenues Radio-Canada auprès du ministère canadien de l'Immigration, les demandeurs d'asile venaient d'une quarantaine de pays l'an dernier. La majorité d'entre eux étaient haïtiens, mais plusieurs venaient aussi du Nigéria, des États-Unis, de la Turquie, de l'Érythrée, de la Syrie, du Yémen, du Pakistan et du Brésil.

Jusqu'à présent pour les deux premiers mois de cette année, la provenance diffère sensiblement. La très forte majorité, 1 591 en tout, vient du Nigéria. Viennent ensuite, par ordre d'importance, des ressortissants des États-Unis, de la Turquie, de la Colombie, d'Haïti, de l'Érythrée, du Pakistan, de la République démocratique du Congo, du Soudan et de la Syrie.

En ce qui concerne les demandeurs d'asile qui viennent des États-Unis, il s'agit souvent d'« enfants nés aux États-Unis qui ont des parents d'une autre origine », selon un avocat spécialisé en droit de l'immigration, Stéphane Handfield.

À l'heure actuelle, de 70 à 80 migrants entreraient illégalement au Québec tous les jours selon le gouvernement fédéral.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Le Canada ne peut accueillir la moitié de la planète venant de l'Orient, du Mexique, de l'Amérique du Sud des USA et d'ailleurs. La Mondialisation c'est bien beau mais celui qui a pensé à établir ce système n'a réussi qu'à creuser le fossé entre les riches et les pauvres. Si dans le monde, les gens travaillaient pour la paix et la reconstruction...ce serait le bonheur sur terre...ce qui n'est pas le cas. L'ONU a une grande part de responsabilités afin que les dirigeants de ces pays traitent bien leur citoyens. Quant aux immigrants venant chez-nous, ils ne s'intégreront qu'après 3 à 4 générations dû à leurs différences tant sociale, religieuse, économique et tous leurs bagages génétiques. De là, à penser que le Canada est la Terre Promise...c'est une erreur monumentale car il y a bien des défis à relever et non sans heurt. ( langue, religion, travail ). Ce n'est pas juste à nous de s'adapter mais eux aussi doivent faire leurs parts dans lesquels ils se sont engagés.

Ces gens fuient l’horreur. Je les comprends. Cependant, en fuyant l’horreur, ils arrivent au Québec avec des valeurs incompatibles avec la réalité socio-économique québécoise.
Bons emplois et bons salaires, chez eux et ici, c’est deux mondes aux antipodes l’un de l’autre.
Pour le moment, ils nous entraînent dans le gouffre, et ils font le bonheur des employeurs esclavagistes.
Ils n’ont aucune idée de ce que signifie droits humains, éthique, morale. Ils font fi de leurs compétences, se soumettent et encaissent leurs salaires de misère.
Et nous qui essayons de nous tenir debout, nous devons nous battre sur deux fronts : les esclavagistes et ceux qui ne demandent rien de mieux que l’esclavage en échange d’une relative sécurité.
Quand tu vis à Rome, vis comme les romains. Non !
Nous sommes la Croix-Rouge de la planète semble-t-il. Mais le rouge est de plus en plus rose pâle.