Le cours d'Éthique et culture religieuse encore critiqué

Le cours d'Éthique et culture religieuse encore critiqué

mar, 15/05/2018 – 17:40
Posté dans :
2 commentaires

Des élèves se sont fait demander de trouver un menu pour la cabane à sucre qui tient compte des interdits religieux.

Sources de l'article : Facebook #1 et #2Source de la photo : CC0

Jusqu'où ira-t-on pour vanter les mérites de la diversité au Québec ? Un citoyen, Philippe Dujardin, en a eu une bonne idée avec le cours d'Éthique et culture religieuse (ECR). M. Dujardin a mis la main sur une copie d'un travail exigé par la Commission scolaire des Affluents.

Le travail consiste, pour les élèves, à trouver des mesures d'accommodement dans une cabane à sucre pour répondre aux allergies alimentaires et aux interdits religieux. L'enfant dont M. Dujardin a obtenu le document devait proposer des accommodements pour une personne à la fois musulmane et allergique.

Cet élève a appris, par exemple, que le porc et l'alcool étaient prohibés. « Interdit la gélatine, interdit le cochon, interdi[t] les viandes qui ''ne sont pas autorisées par la [charia]'' », écrit M. Dujardin sur sa page Facebook. Par ce travail, l'élève a ainsi été amené à proposer « au propriétaire [de la cabane à sucre] un menu qui tient compte des contraintes alimentaires de la tradition religieuse étudiée ».

Selon M. Dujardin, l'élève est noté sur des variables telles que sa « capacité à mettre en place les conditions favorables pour le dialogue et à poser des questions pour être certain de sa compréhension des idées de l'autre ». On tient également compte de sa capacité à faire preuve d'« écoute du point de vue de l'autre » et de « respect dans l'interaction avec les autres ».

Le texte de M. Dujardin a suscité des commentaires, dont la plupart ne sont pas tendres à l'endroit de la commission scolaire et du programme d'ECR. Une internaute parle de cours « sur le multiculturalisme 101 », alors qu'un autre avait ceci à dire : « Je suis tellement tanné [de] la bullshit religieuse. Le jour où tout le monde va garder ses propres convictions pour lui-même, là on parlera de paix et de liberté. »

De son côté, Nadia El-Mabrouk, membre de l'association Pour les droits des femmes du Québec, a aussi fait le procès du cours d'ECR. « Lorsque l'enseignement n'est plus qu'un moyen de formater les jeunes esprits. En plus on fait croire aux enfants qu'ils agissent de leur libre arbitre! », a-t-elle écrit sur sa page Facebook en partageant le texte de M. Dujardin. Mme el-Mabrouk s'oppose farouchement au multiculturalisme préconisé par les deux partis libéraux de Québec et d'Ottawa.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.

Commentaires

Si la cabane à sucre est une source d'allergies, restrictions alimentaires, causes religieuses...c'est simple...soit de un, tu restes chez-vous ou tu n'en manges pas, t'apportes ton lunch et par la suite tu te sucres le bec avec de la tire. Il y a toujours un " boutte " à toute!...de faire des chichis avec ce que la nature nous donne de bon. Dire qu'il y en a qui meurent de faim et qui aimeraient en faire une dégustation. Arrêtons de revendiquer de chialer et de se plaindre pour des niaiseries.

...vis comme les romains. Nous avons peur d'être accusés de racisme au moindre geste ou mot. Devons-nous nous nous intégrer ? Non, c'est à eux. Ais-je tort ? Nous sommes une culture ouverte aux cultures fermées.