La Société canadienne de pédiatrie suit l'idéologie transgenre

La Société canadienne de pédiatrie suit l'idéologie transgenre

lun, 14/05/2018 – 19:30
Posté dans :
1 commentaire

Désormais, elle recommande aux parents de lire avec leur enfant des livres promus par des associations transgenres.

Sources de l'article : SCP #1#2 et La PresseSource de la photo : jill111, CC0

Le 9 mai, la Société canadienne de pédiatrie (SCP) a annoncé avoir produit un nouveau document destiné aux pédiatres et aux parents. Ce document, qui a été réalisé avec la participation de deux associations transgenres, fait ouvertement la promotion du concept d'« identité de genre ».

Selon ce concept, une personne peut être un homme ou une femme comme elle peut s'identifier autrement que comme homme ou comme femme, et ce, sur la simple base de sa déclaration, sans égard pour sa réalité biologique.

Le document développé par la SCP affirme que très tôt dans la vie d'un enfant, celui-ci pourrait avoir une identité de genre qui ne correspond pas à son sexe (donc, possiblement être transgenre). Dans un tel cas, la SCP est formelle : loin de souffrir d'un « problème médical ou psychologique », l'enfant exprime plutôt sa « diversité de genre ».

En conséquence, les parents sont encouragés à parler d'identité de genre à leur enfant « [d]ès qu'il peut prononcer les mots "fille" et "garçon" ». De plus, il est suggéré qu'ils leur lisent des livres promus par des associations transgenres. Dans ceux-ci, l'enfant pourra notamment se questionner « sur les diverses façons d'être un garçon, une fille ou de se situer quelque part entre les deux ».

Des dérives sont à craindre, selon une féministe

À ce sujet, Nadia El-Mabrouk, membre de Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec), publiait une chronique il y a un mois dans le journal La Presse où elle mettait en garde les gens contre des dérives qui « ne sont pas hypothétiques [mais qui] sont avérées ».

Mme El-Mabrouk citait en exemple une clinique de Londres qui a vu une augmentation de 1 000 % des enfants qui se prétendent transgenres au cours des six dernières années. Ces enfants sont parfois encouragés à prendre des hormones ou à subir des opérations qui ont des impacts irréversibles.

« Quelles tragédies devrons-nous attendre avant que nos gouvernements ne sortent de la léthargie provoquée par l'effet de mode, et prennent la pleine mesure des conséquences de l'idéologie transgenre sur l'intégrité physique et psychologique des enfants ? », demandait-elle.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Comment voulez vous que des enfants soient équilibré lorsque des leur jeune âge, on les encourage à parler d’eux non plus en tant que fille ou garçon mais plutôt en caméléon qui peut changer de sexe au gre des jours, des événements etc. La société est très malade. Et, on les gouvernements font tout pour que ça rempire.