Manifestation contre la bilinguisation des lois québécoises

Manifestation contre la bilinguisation des lois québécoises

mer, 16/05/2018 – 16:30
Posté dans :
1 commentaire

Le Barreau du Québec veut faire invalider les lois parce qu'elles n'ont pas été adoptées dans les deux langues.

Sources de l'article : Facebook, MQFLe Journal de Montréal et Droit-inc / Source de la photo : Facebook MQF

Comme il l'avait annoncé il y a quelques semaines, le Mouvement Québec français (MQF) a présidé une manifestation le 15 mai devant la Maison du Barreau du Québec. Celui-ci, avec le Barreau de Montréal, veut faire invalider les lois et les règlements du Québec, qu'il juge inconstitutionnels.

Selon le Barreau, l'adoption des textes législatifs devrait se faire simultanément en anglais et en français. Or, pour le président du MQF, Maxime Laporte, « l'action du Barreau va à contresens des principes de justice naturelle, lesquels voudraient non pas qu'on affaiblisse le statut de notre langue commune et officielle, mais qu'on le renforce ». À ses yeux, la bilinguisation ne peut que mener à l'anglicisation.

Pour M. Laporte, il faut revenir « aux dispositions initiales de la loi 101 qui, avant d'être invalidées par la Cour suprême, faisaient du français la seule langue officielle de la législation au Québec ». Il a dit : « Cette mesure aurait l'avantage d'évacuer les problèmes de concordance qui se posent systématiquement entre les versions anglaise et française des lois, cela peu importe que ces versions aient été adoptées simultanément ou non ».

Une trentaine de manifestants se sont présentés devant la Maison du Barreau du Québec. Le président d'Impératif français, Jean-Paul Perreault, était aussi sur les lieux. « Seule une vision profondément colonialiste peut expliquer pareille démarche [du Barreau] », a-t-il clamé. « Une institution dont la mission est québécoise, surtout le Barreau, devrait comprendre depuis fort longtemps qu'une nation qui se respecte ne peut accepter qu'une autre lui impose ses volontés. »

Rappelons que la démarche du Barreau est loin de faire l'unanimité. En fait, selon un sondage du site d'information juridique Droit-inc, 80 % des répondants s'y opposent carrément.

Commentaires

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.