Plus il y a de monde, moins on est heureux, selon une étude

Plus il y a de monde, moins on est heureux, selon une étude

ven, 18/05/2018 – 10:20
Posté dans :
2 commentaires

Les gens qui vivent dans de grandes villes ne sont pas nécessairement plus heureux, même s'ils ont de bons salaires.

Source de l'article : The Toronto SunSource de la photo : Taxiarchos228, WIkimediaCC BY 3.0

Une équipe de chercheurs de la Vancouver School of Economics et de l'Université McGill a découvert que les gens qui vivent dans des régions densément peuplées sont moins heureux que ceux qui vivent dans les régions à faible densité.

Les chercheurs ont compilé 400 000 réponses dans deux enquêtes effectuées à l'échelle nationale, qui englobent environ 1 200 communautés. Ils ont mesuré le degré de satisfaction de chaque répondant sur une échelle de un à 10.

Les auteurs ont ainsi constaté que les gens dans les communautés « les plus heureuses » :

  • passent moins de temps à se déplacer ;
  • payent moins cher pour se loger ;
  • vivent plus longtemps dans leur communauté ;
  • sont plus enclins à aller à l'église ;
  • éprouvent un plus grand sentiment d'appartenance à leur communauté.

En outre, la proportion de personnes nées à l'étranger est plus petite dans les communautés les plus heureuses. L'étude a également démontré que ceux qui déménagent dans les grandes villes pour obtenir des emplois bien rémunérés ne deviennent pas nécessairement plus heureux.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent