Plus il y a de monde, moins on est heureux, selon une étude

Plus il y a de monde, moins on est heureux, selon une étude

ven, 18/05/2018 – 10:20
Posté dans :
2 commentaires

Les gens qui vivent dans de grandes villes ne sont pas nécessairement plus heureux, même s'ils ont de bons salaires.

Source de l'article : The Toronto SunSource de la photo : Taxiarchos228, WIkimediaCC BY 3.0

Une équipe de chercheurs de la Vancouver School of Economics et de l'Université McGill a découvert que les gens qui vivent dans des régions densément peuplées sont moins heureux que ceux qui vivent dans les régions à faible densité.

Les chercheurs ont compilé 400 000 réponses dans deux enquêtes effectuées à l'échelle nationale, qui englobent environ 1 200 communautés. Ils ont mesuré le degré de satisfaction de chaque répondant sur une échelle de un à 10.

Les auteurs ont ainsi constaté que les gens dans les communautés « les plus heureuses » :

  • passent moins de temps à se déplacer ;
  • payent moins cher pour se loger ;
  • vivent plus longtemps dans leur communauté ;
  • sont plus enclins à aller à l'église ;
  • éprouvent un plus grand sentiment d'appartenance à leur communauté.

En outre, la proportion de personnes nées à l’étranger est plus petite dans les communautés les plus heureuses. L'étude a également démontré que ceux qui déménagent dans les grandes villes pour obtenir des emplois bien rémunérés ne deviennent pas nécessairement plus heureux.

Commentaires

C'est peut être parce qu'on est étouffé par la masse. Mais de là à dire que c'est moins cher pour se loger...c'est selon. Aller à l'église?? Pour le reste ça peut aller. Pour ce qui est du bonheur....peu importe où nous sommes, ça commence toujours par l'intérieur de soi-même. Par la suite, s'est à nous d,améliorer son sort.

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.