L'autre terrorisme : l'extrême gauche

L'autre terrorisme : l'extrême gauche

lun, 21/05/2018 – 14:00
Posté dans :
0 commentaire

Il est souvent question d'actes terroristes causés par les islamistes, mais l'extrême gauche ne donne pas sa place non plus.

Sources de l'article : FacebookSpencer FernandoMontréal Contre-information et Le Journal de Montréal / Source de la photo : cantfightthetendies, FlickrCC BY 2.0

Lors de la manifestation de samedi au chemin Roxham, une journaliste, Faith Goldy, a été victime d'une attaque de la part de contre-manifestants se déclarant « antifascistes ». Durant le même événement, le militant bien connu Jaggi Singh s'est fait arrêter, alors que de l'autre côté, le groupe identitaire Storm Alliance manifestait dans le calme.

Ce scénario n'est pas sans rappeler la manifestation qui s'était déroulée à Québec l'été dernier où des groupes d'extrême gauche avaient commis des gestes violents. Des projectiles de toutes sortes – dont des gaz, des pétards, des chaises et des bouteilles de verre – avaient été lancés sur les policiers, des feux avaient été allumés, des commerces attaqués et des personnes agressées. Jaggi Singh avait également été arrêté.

Les cas se multiplient

L'an dernier, Le Peuple avait rapporté à de multiples reprises des cas de vandalisme commis par des groupes d'extrême gauche en tous genres. Ces derniers s'en sont notamment pris à un fabricant et distributeur d'équipements de police et de sécurité, un commerce de matériel informatique, un restaurant et des voitures de luxe.

Récemment, sur le site Internet Montréal Contre-information, un groupe anonyme s'est vanté d'avoir « relâché des milliers de criquets dans les nouveaux quartiers généraux de la compagnie d'architecture montréalaise Lemay ». Les extrémistes ont dit avoir « arraché un mur de plywood d'un côté du bâtiment » pour laisser entrer les insectes.

Le groupe s'en est pris à Lemay parce que la compagnie fait partie d'un partenariat pour construire un nouveau centre de détention de migrants à Laval, ce à quoi il s'oppose. Il dit lutter « pour un monde où toutes et tous sont libres de se déplacer et de s'établir; un monde libre de la suprématie blanche, du capitalisme, du colonialisme et du patriarcat ».

Une enquête du journal La Presse

En novembre dernier, le journal La Presse avait dressé un portrait saisissant de l'extrême gauche. Il écrivait que des groupes écologistes, antifas et anticapitalistes étaient au centre de plusieurs enquêtes sur des actes criminels qui avaient fait d'importants dommages matériels.

Un exemple : le 15 mars 2017, les voitures d'une quinzaine de propriétaires de condominiums d'un quartier de Montréal avaient été vandalisées. Un message publié par des anarchistes sur le site Montréal Contre-Information mentionnait ceci : « Un peu moins de la moitié des voitures garées dans les stationnements des condos que nous avons visités avaient clairement une marque de luxe. Nous avons lacéré les pneus de toutes les voitures. Plusieurs yuppies décident de démontrer leur richesse autrement que par des BMW et des Mercedes. »

Montréal Contre-Information, qui prône la violence, serait lui-même au centre d'une enquête du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Des attaques qui vont loin

Des exemples d'actes terroristes, il y en a à foison. De l'équipement de forage avait été incendié en juillet dernier à Sainte-Jeanne-d'Arc, dans le Bas-Saint-Laurent, faisant 1,2 million en dommages. L'attaque, passée sous silence par les médias, était signée « Forces écosocialistes ».

Même Hydro-Québec a eu maille à partir avec l'extrême gauche. En septembre 2016, une trentaine de pylônes avaient été déboulonnés sur le réseau afin de les affaiblir. Des véhicules appartenant à un sous-traitant de la compagnie d'État avaient été l'objet de vandalisme à Saint-Émélie-de-l'Énergie, dans Lanaudière. Résultat : 50 000 dollars de dommages.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?