Les agriculteurs de Charlevoix se sentent méprisés

Les agriculteurs de Charlevoix se sentent méprisés

mar, 05/06/2018 – 11:30
Posté dans :
1 commentaire

Une note leur demandant de ne pas épandre du fumier en vue du G7 a été jugée « complètement déraisonnable » et ignorée.

Source de l'article : FM93 (00:00 à 03:43) / Source de la photo : Paul Clarke, WikimediaCC BY 2.0

Il y a quelques jours, on apprenait que les agriculteurs de Charlevoix ont reçu la consigne du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) de ne pas épandre du fumier entre le 1er et le 9 juin prochains. La raison est simple : le gouvernement ne veut pas indisposer les chefs d'État qui seront au rendez-vous lors du sommet du G7, qui doit se dérouler les 8 et 9 juin à La Malbaie.

Or, pour la présidente de la Fédération de l'UPA de la Capitale-Nationale–Côte-Nord, Jacynthe Gagnon, cette demande est « complètement déraisonnable ». En entrevue avec l'animateur Paul-Raphaël Charron, sur les ondes de la station radiophonique FM93, elle a souligné que les agriculteurs doivent normalement épandre le fumier avant la période des semis, soit avant le 15 juin pour obtenir de bonnes récoltes. Or, comme il est impossible de réaliser cette tâche en seulement cinq jours, certains agriculteurs ont dû ignorer la consigne du MAPAQ.

D'ailleurs, M. Charron a eu l'impression que le MAPAQ prenait les agriculteurs « de haut », un sentiment que partage Mme Gagnon. Elle a expliqué que Charlevoix était non seulement une région agricole, mais aussi une région touristique. « Les producteurs, ce sont des gens responsables. Ils vivent en communauté. Ils font pas exprès pour retarder l'épandage. On essaie de concentrer ça dans une semaine et on essaie le plus possible de ne pas épandre la fin de semaine », a-t-elle déclaré.

Mme Gagnon estime que la directive du MAPAQ a eu pour effet de signaler aux résidents de Charlevoix qu'ils n'étaient pas « importants ».

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?