Partial, le Conseil de presse ?

Partial, le Conseil de presse ?

ven, 29/06/2018 – 20:30
Posté dans :
3 commentaires

Deux décisions concernant des plaintes déposées contre Radio-Canada et Le Journal de Montréal soulèvent des questions.

Voici la ou les sources de cet article : Conseil de presse #1, #2 et #3 / Voici la source de la photo : CC0

Deux jugements récents du Conseil de presse soulèvent des questions quant à la partialité de l'organisme. Le premier jugement implique Le Journal de Montréal et le chroniqueur Richard Martineau ; le second, Radio-Canada et son émission Tout le monde en parle, animé par Guy A. Lepage.

Le Journal de Montréal

Le 12 juillet 2017, un citoyen, Olivier Larocque, a porté plainte contre le chroniqueur Richard Martineau et le quotidien Le Journal de Montréal pour un article sur Omar Khadr, qui a reçu du fédéral 10,5 millions $ à titre de compensation pour la manière dont il a été traité par le Canada.

Le plaignant reprochait « un manque de rigueur de raisonnement » de la part du chroniqueur. Dans l'article, M. Martineau remettait en doute le statut d'enfant-soldat d'Omar Khadr, soutenant qu'il avait participé de plein gré aux activités terroristes de sa famille aux côtés d'Oussama Ben Laden et d'Al-Qaida, ce que le plaignant n'avait pas apprécié. Celui-ci avait notamment soutenu que M. Martineau avait tenté « de véhiculer une fausse image de ce qu'est un enfant-soldat [...] par l'utilisation de préjugés et de lieux communs ».

Le Conseil de presse lui a donné raison. Dans sa décision prise le 20 avril dernier, mais rendue publique vendredi, le Conseil affirme qu'il « retient la plainte de M. Olivier Larocque et blâme M. Richard Martineau, chroniqueur, ainsi que le quotidien Le Journal de Montréal pour le grief de manque de rigueur de raisonnement ».

Radio-Canada

Quinze plaignants ont porté plainte contre l'édition du 3 avril 2018 de l'émission Tout le monde en parle, diffusée à Radio-Canada, pour « inexactitudes » et « partialité ». La plainte vise principalement l'animateur Guy A. Lepage qui, ce soir-là, animait « un débat entre Mme Nathalie Provost, porte-parole de ''Poly se souvient'', et M. Guy Morin, président de ''Tous contre un registre québécois des armes à feu'', au sujet du projet de loi no 64 relatif à l'immatriculation des armes à feu ».

Les plaignants reprochent entre autres à Mme Provost d'avoir fourni de fausses informations lors du débat et à Guy A. Lepage de ne pas avoir corrigé les erreurs. L'un des plaignants jugeait en outre que l'information transmise lors du débat « n'a pas été traitée en toute indépendance puisque l'animateur de foule [...] privilégiait un type de commentaires et d'opinions, ce qui pouvait influencer [le téléspectateur] vers une prise de position favorisée par un ou des membres de l'équipe de l'émission ».

Le Conseil de presse a cette fois rejeté la plainte.

Partialité ?

Ce dernier a-t-il donc fait preuve de partialité ? Il est permis de poser la question, et ce, pour au moins deux raisons. D'abord parce que les médias réunis sous la bannière de Quebecor Média ne sont pas membres du Conseil, contrairement à Radio-Canada. Ensuite parce que parmi les six membres journalistes, trois sont précisément de Radio-Canada. Les trois autres sont des employés du Devoir, du Nouvelliste et de La Presse.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Entièrement d'accord avec vous.
Le but ultime est de faire taire le plus de gens possible et tout passer à l'eau de javel. Ainsi, les autorités peuvent en mener large sans trop s'inquiéter.

De nos jours, tout est sujet à dénonciation, à poursuite. C'est à croire que la population apparemment plus éduquée que dans les années 50, se jette sur qui veut l'entendre tel un chien sur son os. On étudie, on scrute, on cherche le moindre faux pas, un petit détail qui donnerait la chance d'attaquer qui que ce soit...de l'accuser d'avoir un discours mensongère, de le traiter de raciste, d'homophobe enfin de tout ce qui leur tombe sous la dent. Nous vivons dans une société malade, de manipulateurs, d'accusateurs, de suspects et de dénonciateurs. Si c'est ça être adulte, c'est pas fort en capacité mentale. Nous voulons une société où la méfiance et l'incrédulité sont les priorités? Dans ce cas, nous nous préparons à de lourdes déceptions et nos attentes seront veines où l'épanouissement sera chose du passé.

incroyable mais rien d étonnant.mais je crois que que tout cela va se terminer très mal..

maintenant que je sais que je peux porter plainte contre des journalistes et des animateurs ,vous pouvez être sur ,que a chaque fois (pratiquement plusieurs fois par jour)que j entendrai des aberrations et de la désinformation systémique ,je ferai plainte contre eux..

évidement radio canada sont des professionnel dans la matière mais t.v.a. n est pas en reste..

de plus ,jamais je vois d erratum ou d excuse ou de précisions ,quand ils diffusent de l intox sur des sujets ridiculement couvert.