Le registre des armes à feu est un échec jusqu'à présent

Le registre des armes à feu est un échec jusqu'à présent

jeu, 12/07/2018 – 21:15
Posté dans :
1 commentaire

À peine 120 000 armes ont été immatriculées alors qu'il y en aurait 1,6 million en circulation au Québec.

Voici la ou les sources de cet article : Radio X (1:40 à 13:45) et Le Journal de MontréalVoici la source de la photo : CC0

Décidément, le registre des armes à feu instauré par Québec le 29 janvier dernier ne suscite pas d'enthousiasme. En effet, alors que 1,6 million d'armes seraient en circulation au Québec, à peine 120 000 d'entre elles ont été immatriculées.

La situation est telle que le directeur du Service d'immatriculation des armes à feu du Québec, Clément Robitaille, a dû déclarer ceci : « On peut être passible d'une amende de 500 $ à 5 000 $ si on ne les immatricule pas ». La date butoir pour l'immatriculation des armes est le 29 janvier 2019.

Il faut dire que certains détracteurs du registre des armes à feu sont formels : ils demandent aux propriétaires d'enregistrer leurs armes à la dernière minute. C'est le cas notamment de l'animateur de l'émission Loisirs, chasse et pêche à Télé-Mag, Martin Bourget, qui a accordé une entrevue à la station Radio X pour expliquer davantage son opposition au registre.

Durant l'entrevue, M. Bourget a fait valoir que plusieurs pays – dont le Canada sous Stephen Harper – avaient détruit leur registre des armes à feu, car il s'était avéré inefficace et onéreux. Il ne voit donc pas comment le Québec pourrait faire mieux : d'après lui, le gouvernement cherche plutôt à gagner des votes en créant un faux sentiment de sécurité chez les citoyens. Après tout, plaide-t-il, ce n'est qu'une infime partie des armes immatriculées qui servent à commettre des crimes.

Rappelons que le gouvernement du Québec n'est pas le seul qui désire resserrer les règles autour des propriétaires d'armes à feu. Au fédéral, le gouvernement de Justin Trudeau est accusé de vouloir réinstaurer un registre des armes à feu, mais de manière détournée, par le biais de son projet de loi C-71. À cet égard, le député conservateur James Bezan a reproché au projet de loi de traiter « comme des criminels les propriétaires d'armes à feu respectueux des lois ».

Aimez-vous ce journal ? Alors, suivez-nous sur Twitter, sur Facebook, sur GAB, sur notre fil RSS ou par le biais de notre infolettre.

Commentaires

Vous écrivez:
"Après tout, plaide-t-il, ce n'est qu'une infime partie des armes immatriculées qui servent à commettre des crimes."

Je ne comprends pas votre logique: si c'est le cas, c'est que ça fonctionne ??

"James Bezan a reproché au projet de loi de traiter « comme des criminels les propriétaires d'armes à feu respectueux des lois "

Et ceci est vraiment tiré par les cheveux.