Le registre des armes à feu est un échec jusqu'à présent

Le registre des armes à feu est un échec jusqu'à présent

jeu, 12/07/2018 – 21:15
Posté dans :
1 commentaire

À peine 120 000 armes ont été immatriculées alors qu'il y en aurait 1,6 million en circulation au Québec.

Voici la ou les sources de cet article : Radio X (1:40 à 13:45) et Le Journal de MontréalVoici la source de la photo : CC0

Décidément, le registre des armes à feu instauré par Québec le 29 janvier dernier ne suscite pas d'enthousiasme. En effet, alors que 1,6 million d'armes seraient en circulation au Québec, à peine 120 000 d'entre elles ont été immatriculées.

La situation est telle que le directeur du Service d'immatriculation des armes à feu du Québec, Clément Robitaille, a dû déclarer ceci : « On peut être passible d'une amende de 500 $ à 5 000 $ si on ne les immatricule pas ». La date butoir pour l'immatriculation des armes est le 29 janvier 2019.

Il faut dire que certains détracteurs du registre des armes à feu sont formels : ils demandent aux propriétaires d'enregistrer leurs armes à la dernière minute. C'est le cas notamment de l'animateur de l'émission Loisirs, chasse et pêche à Télé-Mag, Martin Bourget, qui a accordé une entrevue à la station Radio X pour expliquer davantage son opposition au registre.

Durant l'entrevue, M. Bourget a fait valoir que plusieurs pays – dont le Canada sous Stephen Harper – avaient détruit leur registre des armes à feu, car il s'était avéré inefficace et onéreux. Il ne voit donc pas comment le Québec pourrait faire mieux : d'après lui, le gouvernement cherche plutôt à gagner des votes en créant un faux sentiment de sécurité chez les citoyens. Après tout, plaide-t-il, ce n'est qu'une infime partie des armes immatriculées qui servent à commettre des crimes.

Rappelons que le gouvernement du Québec n'est pas le seul qui désire resserrer les règles autour des propriétaires d'armes à feu. Au fédéral, le gouvernement de Justin Trudeau est accusé de vouloir réinstaurer un registre des armes à feu, mais de manière détournée, par le biais de son projet de loi C-71. À cet égard, le député conservateur James Bezan a reproché au projet de loi de traiter « comme des criminels les propriétaires d'armes à feu respectueux des lois ».

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Commentaires

Vous écrivez:
"Après tout, plaide-t-il, ce n'est qu'une infime partie des armes immatriculées qui servent à commettre des crimes."

Je ne comprends pas votre logique: si c'est le cas, c'est que ça fonctionne ??

"James Bezan a reproché au projet de loi de traiter « comme des criminels les propriétaires d'armes à feu respectueux des lois "

Et ceci est vraiment tiré par les cheveux.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.