Collège de Maisonneuve : un agenda aux allures d'extrême gauche

Collège de Maisonneuve : un agenda aux allures d'extrême gauche

ven, 07/09/2018 – 14:00
Posté dans :
2 commentaires

Le Peuple a obtenu copie de l'agenda des étudiants du Collège de Maisonneuve. Son contenu est très édifiant...

Voici la ou les sources de cet article : Agenda 2018-2019 de Maisonneuve #1, #2, #3, #4, #5, #6, #7, #8, #9, #10, #11, #12, #13, #14, #15, #16, #17, #18, #19, #20 et #21 / Voici la source des photos : Pascal Bergeron, Le Peuple, CC BY 4.0

L'agenda 2018-2019 du Collège de Maisonneuve nous en apprend beaucoup sur l'état d'esprit qui règne dans la boîte. À première vue, on a l'impression que le collège fait office de club-école pour l'UQAM tellement l'extrême gauche y a imprimé sa marque. Et en jetant un coup d'oeil sur la quatrième de couverture, notre pressentiment se confirme : on y voit l'image d'une femme voilée qui hurle dans un porte-voix. La symbolique n'échappe à personne.

L'agenda, appelé Guide de survie aux études collégiales, a été rédigé par la Société générale des étudiants et étudiantes du Collège de Maisonneuve (SOGÉÉCOM), laquelle se considère davantage comme un syndicat. C'est du moins ce que l'on comprend quand on lit que son mode d'action s'appuie sur le « syndicalisme de combat ». C'est peut-être pourquoi sur la couverture de l'agenda apparaît l'image d'une jeune femme le poing en l'air.

Le Guide de survie aborde de nombreux sujets pour lesquels se passionne l'extrême gauche. Entre autres, la question des genres. Ici, on explique aux étudiants que même si la société impose « des catégories de genre binaires étroites et mutuellement exclusives [masculin et féminin] », elles ne correspondent pas nécessairement à l'identité des individus. Vous l'aurez compris, le genre est une construction sociale. Bienvenue au vingt et unième siècle.

D'ailleurs, l'agenda est explicite : « Le sexe n'est pas un produit de la nature, mais une catégorie sociale ». Tout ce que les « X » et les baby-boomers ont appris relève donc d'une fable. À ce sujet, savez-vous ce que c'est qu'une personne de nature pansexuelle ? Semble-t-il que c'est une personne « pour qui l'attirance est indépendante de l'identité de genre ». Voilà pour la petite histoire.

Une section du Guide de survie est intitulée « Tes droits face à la police ». On y dénonce le « profilage racial », le « profilage politique » et les « méthodes abusives de contrôle des manifestations ». Selon les rédacteurs du Guide, la police de Montréal aurait été critiquée « par le Comité des Droits de l'Homme de l'ONU [...] pour sa pratique des arrestations de masse lors de manifestations associées à l'extrême gauche ».

Pour rappel, le Conseil (et non le Comité) des droits de l'homme de l'ONU comprend, entre autres pays, la Chine, Cuba, le Qatar, l'Arabie Saoudite, le Venezuela, l'Égypte, l'Irak, les Émirats arabes unis et la République démocratique du Congo. Pas certain qu'un seul d'entre eux ne soit en mesure de donner des leçons à la police de Montréal.

Dans la section consacrée à l'appropriation culturelle, même Beyonce – une Noire – est critiquée pour avoir une fois porté un costume traditionnel indien dans une vidéo.

Enfin, sur le plan des politiques migratoires, le Guide de survie prétend que le Canada, qu'on ne peut pourtant pas accuser de fermeture, est loin d'être un paradis pour les immigrants. Imaginez : les lois en cette matière y sont décrites comme « de plus en plus restrictives ». Abolissons les frontières, alors...

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Au vingt unième siècle, les générations Y et Z pensent refairent le Monde avec le pansexuel, le transgenre, le profilage racial et politique, leurs droits face aux manifestations, les arrestations, les droits politiques et religieux, les droits de l'homme, l'ouverture des frontières afin de faciliter la migration. En fait, deux générations qui prennent les générations précédentes pour des rêveurs. Cependant, s'il n'y avait pas eu les bâtisseurs, les traditionalistes, les générations boomers & baby boomers afin d'avoir et de conserver un Québec fort dans un Canada uni, reconnu mondialement, leurs revendications seraient nulles. Présentement, nous assistons à une forme de rébellion face à nos institutions, nos lois, nos us, nos coutumes ainsi que nos frontières. Peut importe ce que nos bien-pensants essaient de nous enfoncer de force dans la gorge: " Chez-nous, c'est nous" a dit Jean Lesage. Après tout, qu'ils jouissent de leur liberté tandis qu'elle leur est offerte sans condition.