Collège de Maisonneuve : centre névralgique de l'extrême gauche

Collège de Maisonneuve : centre névralgique de l'extrême gauche

jeu, 13/09/2018 – 22:30
Posté dans :
1 commentaire

Ce texte fait suite à l'article que nous avons consacré à l'agenda du Collège de Maisonneuve, un lieu haut en couleur.

Voici la ou les sources de cet article : Facebook, ONU, Métro et La PresseVoici la source de la photo : Agenda 2018-2019 Collège de Maisonneuve (Pascal Bergeron, Le Peuple, CC BY 4.0)

Notre article sur l'agenda de la Société générale des étudiants et étudiantes du Collège de Maisonneuve (SOGÉÉCOM) a beaucoup fait réagir. Vous avez été des milliers à en faire la lecture, et à juger par vos commentaires, l'extrémisme qui règne dans l'établissement vous hérisse le poil. Soyez sans crainte, vous n'êtes pas les seuls.

Une page Facebook évocatrice

Sur la page Facebook de la SOGÉÉCOM, des internautes — peut-être des étudiants actuels ou anciens — ont laissé des commentaires éclairants : « Association gauchiste quasi-radicale, anti-police, anticapitaliste [...] où les membres actifs prônent l'intolérance envers les opinions contraires de la leur », a écrit l'un d'eux. « Je me suis fait [expulsé] du ''safer space'' parce que j'avais une discussion civilisée sur les différents genres et on m'a traité de fasciste... assez ambiguë non ? », a écrit un autre.

Des causes à défendre, il y en a à foison chez les étudiants de la SOGÉÉCOM, si l'on se fie, encore une fois, à sa page Facebook : contre le racisme (7 octobre prochain), pour la rémunération des stages (17 août), pour les trans (5 août) ; une autre contre le « racisme », appelée « mobilisation antiraciste contre La Meute et l'extrême droite » (1er juillet) ; contre le G7 ou pour l'ouverture des frontières (19 mai) ; sans parler de la « grève internationale des femmes » (8 mars).

Le collège de Maisonneuve, un lieu de radicalisation

Le collège de Maisonneuve est apparu à quelques reprises dans les journaux traditionnels, mais pas pour les bonnes raisons. Par exemple, Le Devoir nous apprenait, en février dernier, que le « vivre-ensemble » angoisse les professeurs du collège. Pourquoi donc ? Parce que la présence de multiples cultures et religions y provoquerait un climat de frilosité. En conséquence, les professeurs y exerceraient de l'autocensure pour éviter « d'être indisposés par des affrontements d'ordre culturel ou religieux ». Ils sont d'ailleurs nombreux à penser que « l'islam est beaucoup trop visible au collège », rapportait Le Devoir.

En 2016, un article de La Presse allait plus loin : des groupes d'élèves, disait-on, avaient pris le contrôle de certains secteurs du collège. Une bagarre y aurait même fait des blessés. « L'un des protagonistes de cette bagarre fait partie du groupe de dix jeunes Montréalais arrêtés en mai dernier (2016) à l'aéroport de Montréal alors qu'ils tentaient d'aller grossir les rangs d'un groupe islamiste en Syrie », avait écrit la journaliste. Parmi ces dix jeunes, cinq venaient du collège de Maisonneuve.

Il faut dire que la direction avait joué avec le feu en louant les locaux de l'établissement à un islamiste notoire, Adil Charkaoui, à qui nous avons consacré non pas un, mais deux articles (ici et ici) dans notre dossier sur l'intégrisme, tellement l'homme a des choses à se reprocher.

On ne s'étonne donc pas que l'agenda des étudiants porte la marque de l'extrême gauche.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Commentaires

Nous savons tous que nos dirigeants vont à contre courant de la défenses des droits des Québecois. Il n'a pas la fierté de se tenir debout afin de promouvoir et de maintenir par nos lois la liberté d'expressions, nos us et coutumes, une obligation de s'intégrer dans les années suivant leurs acceptations chez-nous.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.