Duel entre un propriétaire d'une petite entreprise et l'OQLF

Duel entre un propriétaire d'une petite entreprise et l'OQLF

ven, 28/07/2017 – 17:00
Posté dans :
0 commentaire

L'Office québécois de la langue française exige qu'il traduise son site Internet, ce pour quoi il n'a pas les moyens.

Sources : CBC News et The Toronto Sun / Photo : Dave Sidaway, The Montreal Gazette

En 2011, Peter Bahlawanian a ouvert une branche de son entreprise californienne Spice Station à Montréal. Or, en juin 2017, l'Office québécois de la langue française (OQLF) lui a reproché d'avoir un site Internet exclusivement en anglais et lui a demandé de le traduire en français. La requête a surpris M. Bahlawanian, car son site vend des produits uniquement aux clients américains justement pour éviter ce genre de problèmes avec la législation québécoise.

L'OQLF, cependant, a stipulé que toute entreprise établie au Québec devait se conformer à la Charte de la langue française. M. Bahlawanian a fait ses recherches et a appris que la traduction de son site lui coûterait 4 000 $ – une somme d'argent qu'il n'a pas. À tout le moins, il a ajouté sur son site une page en français sur laquelle il a écrit « À venir/en construction. » C'est alors que l'OQLF l'a recontacté le 10 juillet et a exigé que son site soit entièrement traduit en français d'ici le 17 juillet.

En date du 28 juillet, l'OQLF n'a pas encore agi contre M. Bahlawanian, même si son site est toujours indisponible en français. Il a dit que si l'OQLF lui fournissait une forme d'aide financière, il serait ravi de se plier aux règles : « Je suis propriétaire d'une petite entreprise. Je ne peux pas mettre 4 000 $ sur un site qui ne vend même pas au Québec. » Il a souligné que sa boutique de Montréal, elle, respectait entièrement les diverses lois sur le français.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?