La prostitution devrait-elle être reconnue comme un travail ?

La prostitution devrait-elle être reconnue comme un travail ?

ven, 02/11/2018 – 13:00
Posté dans :
1 commentaire

Deux groupes qui militent pour les droits des femmes ne partagent pas la même opinion sur le sujet.

Voici la ou les sources de cet article : QUB radio (1:54:24 à 2:00:40) / Voici la source de la photo : Underclassrising, FlickrCC BY-SA 2.0

Le 31 octobre dernier, l'animateur Benoît Dutrizac a discuté avec Diane Guilbault, la présidente du groupe Pour les droits des femmes du Québec (PDF Québec), sur les ondes de QUB radio. Mme Guilbault avait le coeur lourd, car la Fédération des femmes du Québec (FFQ) vient tout juste de reconnaître la prostitution comme étant un travail. Selon la présidente de PDF Québec, il s'agit d'une déclaration « désolante », car cela implique que les prostituées ont choisi cette occupation.

Elle a rappelé que la plupart des femmes effectuant ce « choix » étaient de jeunes filles et des personnes vulnérables. Par conséquent, elle croit que reconnaître la prostitution comme un travail revient à affirmer que « l'industrie […] a le droit d'exploiter ces femmes ».

Une véritable joute idéologique oppose les deux groupes féministes

Mme Guilbault a expliqué qu'elle a déjà été membre de la FFQ, mais qu'elle avait décidé de quitter l'organisation. À l'époque, elle était d'avis que « la voix des femmes n'était plus entendue sur la place publique », ce qui l'avait poussée à abandonner le navire de la FFQ pour réellement défendre les intérêts féministes. Contrairement à cette dernière, PDF Québec veut paver « des chemins qui vont émanciper les femmes » plutôt que de simplement scander « mon choix c'est mon droit ».

Mme Guilbault a affirmé qu'elle était totalement en désaccord avec la Fédération sur plusieurs sujets, dont le fait de défendre les éducatrices musulmanes qui portent le niqab dans les garderies. En ce qui a trait à la prostitution, elle a rappelé que la loi sous sa forme actuelle n'était pas préjudiciable aux femmes, et que les prétentions de la FFQ avaient pour effet de faciliter la vie des proxénètes.

Enfin, selon elle, la prostitution laisse perdurer les inégalités entre les femmes et les hommes, ce qui va à l'encontre des objectifs féministes.

Le gouvernement du Québec ne semble pas pencher du côté de la FFQ

Pendant que les groupes féministes débattent de ce sujet polarisé, rappelons que la Coalition avenir Québec (CAQ) avait laissé savoir que son gouvernement allait s'attaquer à la banalisation de la prostitution auprès des jeunes filles. De même, en mars dernier les caquistes avaient fait voter une motion exigeant que le gouvernement fédéral intervienne face à la prostitution juvénile et l'exploitation sexuelle.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Commentaires

La prostitution a toujours existé. Pourquoi se le cacher ou se mettre la tête dans le sable? Ces femmes et ces hommes devraient être reconnus légalement et avoir des conditions de travail, des contrôles réguliers de HIV et autres soins de santé afin d'éviter la transmission de maladies et améliorer la vie de tous les jours. Des caméras feraient office de contrôle visuel à l'accueil. Là, où les jeux se feraient sans drogue dure et sans violence. Les acteurs principaux seraient contrôlés avec tarifs selon leurs choix apportés. Cela éviterait de camoufler monsieur ou madame qui voudraient garder l'anonymat. Ainsi, tous en auraient pour leur argent. De cette manière, tout ce beau monde serait au chaud et hors des dangers de la rue. Mais cela n'est pas pour demain car notre politique a encore du chemin à faire en ce qui regarde le sexe. Est-ce de l'hypocrisie, de l'aversion pour ces personnes entre humains consentants ou bien les tarifs ne seraient plus à la portée de la main pour certains?

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.