Les enseignants ne doivent pas porter de signes religieux

Les enseignants ne doivent pas porter de signes religieux

sam, 10/11/2018 – 20:30
Posté dans :
3 commentaires

Dans une lettre ouverte publiée dans La Presse, Nadia El-Mabrouk rappelle que la laïcité passe d'abord par l'école.

Voici la ou les sources de cet article : La Presse+ / Voici la source de la photo : CC0

Le gouvernement caquiste doit aller de l'avant avec son projet d'interdire le port de signes religieux chez les figures d'autorité. C'est ce qu'affirme Nadia El-Mabrouk, professeure d'informatique à l'Université de Montréal et militante bien connue pour la laïcité.

Avant toute chose, selon Mme El-Mabrouk, l'État doit protéger la liberté de conscience des enfants. C'est pourquoi on ne doit pas tomber dans le piège du culte de la diversité et ainsi croire que l'affichage religieux favoriserait l'intégration. « Comment peut-on ignorer les tensions religieuses et politiques véhiculées par les signes religieux ? », demande-t-elle.

Pour conforter sa position, la professeure s'appuie sur un sondage Léger et Léger paru il y a quelques semaines et qui montre que 81 % des Québécois pensent que les croyances religieuses devraient demeurer dans le domaine du privé. « C'est cette aspiration du peuple québécois à la laïcité que semble avoir entendu François Legault », soutient-elle.

Elle en veut d'ailleurs au précédent gouvernement libéral qui, dit-elle, « a préféré user d'accusations de racisme, ce qui n'a fait qu'exacerber les tensions et alimenter les extrêmes ! » Une attitude qu'ont aussi adoptée certaines commissions scolaires et des syndicats d'enseignants, ce qu'elle déplore.

Mme El-Mabrouk a par ailleurs abordé le cas de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) qui « a déjà considéré que le crucifix devait être retiré des salles de classe, car jugé attentatoire à la liberté de conscience des élèves tenus de le regarder toute la journée ». Elle pose donc une question de circonstances : « Alors que dire du signe religieux de l'enseignant, une figure d'autorité morale, en lien émotif avec l'enfant à un âge où il est influençable ? »

Une question qui risque de revenir dans l'actualité au cours des prochains mois puisque le gouvernement de la CAQ a décidé de retarder le dépôt de son projet de loi sur la laïcité.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.

Commentaires

Je suis d’accord avec Mme El-Mabrouk, mais j’irais encore plus loin.
Cessons d’agir à la pièce et en fonction des problèmes immédiats ou plus évidents.
Visons un objectif global : le respect de la neutralité de l’État du Québec qui s’inscrit dans la laïcité de nos institutions.
Au lieu de nous limiter à respecter seulement le principe de l’autorité introduit par Bouchard-Taylor, il faut respecter prioritairement les principes d’égalité, de l’intégralité de la Femme, du respect de l’innocence des enfants, du bien vivre ensemble, etc.
- Donc inscrivons la Laïcité dans notre Charte des droits québécoise.
- Interdisons la présence de tous les signes religieux chez tous les employés de l’État
- interdisons le port des signes religieux chez les élèves du Primaire et du Secondaire.
- interdisons l’abattage rituel !
- abolissons progressivement les sibventions aux écoles privées confessionnelles
- retirons les symboles religieux de l’Assemblée nationale : croix et couronnes !

Selon le programme de la CAQ en campagne électorale, le projet de loi vise seulement les enseignants, alors que plusieurs parents font porter des signes religieux à leurs enfants qui fréquentent les écoles primaires et secondaires (notamment, le voile islamique).
Aussi, le projet de loi ne vise pas le personnel de l'État qui porte des signes religieux.
Ni il ne vise les musulmanes qui portent le voile intégral dans les espaces publics.

Il n'y a pas seulement les ex-libéraux du Québec qui sont à blâmer en ce qui concerne les signes religieux. Au Fédéral, Trudeau en a parti le bal et en a ajouté depuis....Alors, suite aux lois passées à ces Parlements, les professeurs n'ont pas eu le choix de se plier à leurs demandes et de faire avec . Il est évident que toutes personnes en autorité, y compris les enseignants, devraient se dispenser de tous signes religieux afin de rester neutres dans la société que nous avons choisie afin de prouver nos vraies valeurs. Tous signes ostentatoires devraient être affichés en privé. Ainsi, la liberté de l'un finirait là où la liberté de l'autre commencerait.....non?