Vous êtes contre le voile ? Ne le dites pas sur Twitter

Vous êtes contre le voile ? Ne le dites pas sur Twitter

sam, 01/12/2018 – 17:30
Posté dans :
13 commentaires

La Sherbrookoise Ensaf Haidar n'en revient pas de l'avertissement qu'elle a reçu du réseau social. Un vrai délire.

Voici la ou les sources de cet article : Twitter et The PrintVoici la source de la photo : European Conservatives and Reformists Group, FlickrCC BY 2.0

Chaque jour, les géants du Web montrent à la face du monde le peu d'empathie qu'ils ont pour ceux qui critiquent l'islam et les pays qui en sont les porte-étendards. La dernière bêtise affligeante nous provient directement de Twitter qui a servi un avertissement, vendredi, à la Sherbrookoise Ensaf Haidar, la femme du dissident saoudien Raif Badawi.

La raison ? Mme Haidar a osé critiquer le port du voile, en l'occurrence le niqab. Dans un tweet du 13 octobre, entre autres, la Saoudienne de naissance a écrit ceci : « Si vous êtes né sous la charia et forcé de porter le niqab et que votre humanité a été volée, vous savez pourquoi je suis contre tout ça », avait-elle écrit en référence au voile islamique.

Or, puisque ce n'était pas la première fois qu'elle s'en prenait à ce vêtement à haute portée symbolique, Twitter a cru bon de lui envoyer ce message : « Nous vous écrivons pour vous informer que Twitter a reçu une correspondance officielle concernant votre compte [...]. La correspondance affirme que le contenu suivant enfreint les lois du Pakistan », lui a-t-on dit en affichant le lien de son tweet « fautif ».

Vous avez bien lu : Mme Haidar a « enfreint les lois du Pakistan ».

L'ironie, c'est qu'elle a plus tard partagé un tweet envoyé par un certain Hassan Omran, dans lequel il était question de couper la tête de Raif Badawi. Qu'a fait Twitter ? Il a banni Omran pour une durée de... 12 heures.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?