Une drag queen anime l'heure du conte dans une garderie

Une drag queen anime l'heure du conte dans une garderie

lun, 03/12/2018 – 15:30
Posté dans :
3 commentaires

La propriétaire de l'établissement « Par-Dessus L'Arc-En-Ciel » espère servir de modèle pour les autres garderies.

Voici la ou les sources de cet article : Radio-Canada et Life Site News / Voici la source de la photo : Jennifer Ricard, WikimediaCC BY-SA 4.0

Barbada, une drag queen aux cheveux roses, anime à l'occasion l'heure du conte dans une garderie de l'arrondissement Notre-Dame-De-Grâce à Montréal. Sébastien Potvin, l'homme qui incarne Barbada, n'en est pas à son premier rodéo, lui qui a raconté à plusieurs reprises de nombreuses histoires à des enfants alors qu'il était de passage à la Grande Bibliothèque.

Après avoir baptisé son établissement « Par-Dessus L'Arc-En-Ciel » et accroché le drapeau de la fierté à l'entrée du local, la propriétaire Wendy Gyetvay espère que d'autres garderies emboîteront le pas et suivront son exemple. C'est en regardant une vidéo d'un travesti américain qui animait des heures du conte que Mme Gyetvay a décidé de tenter l'expérience et d'inviter Barbada dans sa garderie.

Pour Dylan Pontiff, une drag queen louisianaise qui organise des événements semblables, l'objectif de ces séances est de s'assurer que la prochaine génération adhère à l'idéologie LGBT+, comme elle l'a avoué dans une vidéo en septembre dernier.

Cela devrait sans doute plaire à Sarah Mangle, une éducatrice « allosexuelle » travaillant chez « Par-Dessus L'Arc-En-Ciel ». Selon elle, inviter Barbada pour animer l'heure du conte permet de diffuser un message d'accueil et de célébrer la communauté LGBT+.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Commentaires

Soumis par Stéphan Pouleur (non vérifié) le mar, 04/12/2018 – 22:03 Permalien

Je considère que faire la promotion de ce genre de personne dans des écoles et des garderies est nuisible pour le développement normal de nos jeunes. C'est une attaque à nos repères fondamentaux. Je suis d'accord qu'il ne faut pas dénigrer ces personnes, mais contre en faire la promotion.

Un vrai melting pot pour l'éducation de nos enfants. Qu'ils ou qu'elles sortent du placard....parfait mais de là à porter confusion dans ces petites têtes d'enfants....il y a une ligne à ne pas franchir. Le Québec dit " Moderne " est en train de capoter. Nos enfants vivent un stress de compétitivité, dans des familles reconstituées assez souvent ou instables alors s'il faut en plus y ajouter d'autres facteurs aggravant les situations, on est pas sorti de l'auberge. N'y -a-t-il plus de place à la stabilité et à une société dite " normale"?

Je suis entièrement d'accord avec vous Minouchka, je suis d'accord pour enseigner aux enfants qu'il y a des comportements différents chez certaine personne, ne pas les jugez et les accepté, mais est-ce qu'on parle aussi des valeurs, qu'il existe aussi des couples `hommes et femmes qui sont encore la majorité de la société aujourd'hui. Pourquoi mettre dans la tête d'un jeune enfant pour qui l'idée même qu'il pouvait être autrement ne l' a mêmes pas effleuré, qu'il peut choisir d'être un garçon ou une fille. S'il voit un cas d'enfant qu'il le prenne à part et lui explique que s'il est pas heureux et pourquoi….. C'est du lavage de cerveau. Et surtout que l'on ne peut savoir ce que les enseignants ( qui ne sont pas formés) vont amené aux enfants. Pour toute personnes qui se pose des questions je vous encourage à visiter UVVC.CA pour les personnes qui ont encore des valeurs morales et qui veulent les partager.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.