Prenez garde de ne pas offenser l'islam sur Twitter

Prenez garde de ne pas offenser l'islam sur Twitter

mer, 12/12/2018 – 13:00
Posté dans :
4 commentaires

Le réseau social envoie des messages à quiconque enfreint les lois du Pakistan contre le blasphème.

Voici la ou les sources de cet article : Daily Mail / Voici la source de la photo : Breibart

Il semble bien que Twitter ait plié l'échine devant l'islam intégriste. On vous a raconté le 1er décembre le cas de l'épouse de Raif Badawi, Ensaf Haidar, qui a reçu un avertissement du réseau social parce qu'elle avait enfreint les lois du Pakistan. Or, Mme Haidar n'est pas la seule à avoir offusqué les barbus fanatiques.

Un éditorialiste du Toronto Sun, Anthony Furey, s'est fait servir le même message, tout comme l'imam Mohammad Tawhidi, un réformiste très critique de l'intégrisme. Selon Anthony Furey, le gazouillis à l'origine de cette semonce remonte à plusieurs années lorsqu'il a publié des caricatures du prophète Mahomet.

Quant à l'imam Tawhidi, sa seule « offense » a été de publier un tweet dans lequel il exhortait la police australienne à enquêter sur l'extrémisme dans les mosquées à la suite d'une attaque au couteau meurtrière qui s'est produite à Melbourne en novembre dernier.

Interrogé par l'Agence France-Presse, un porte-parole de Twitter a déclaré : « Dans nos efforts continus pour rendre nos services accessibles à tous, si nous recevons une demande valide émanant d'une entité autorisée, il peut être nécessaire de refuser l'accès à certains contenus dans un pays donné de temps en temps ».

Il faut dire que le Pakistan a mis beaucoup de pression sur le réseau social, menaçant de le bloquer s'il ne supprimait pas le contenu jugé offensant par son gouvernement. Un autre géant du Web, YouTube, a été inaccessible dans ce pays pendant quatre ans, soit de 2012 à 2016, parce qu'un film amateur traitant du prophète Mahomet y avait été diffusé. Le court-métrage avait provoqué des émeutes dans certains pays islamiques.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent