Il obtient sa résidence permanente même s'il représente un risque

Il obtient sa résidence permanente même s'il représente un risque

mer, 16/01/2019 – 19:12
Posté dans :
6 commentaires

Un individu a pu passer entre les mailles du filet en raison d'une erreur des autorités douanières.

Voici la ou les sources de cet article : CBC NewsVoici la source de la photo : CC0

Un individu qui représente un risque pour la sécurité nationale s'est vu octroyer le statut de résident permanent « en raison d'une série de défaillances » provoquées par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) ainsi que par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

C'est le réseau CBC qui rapporte la nouvelle, mercredi, à partir d'une note d'information qu'il a obtenue grâce à la Loi sur l'accès à l'information.

L'incident, qualifié d'erreur « totalement inacceptable » par le ministère de la Sécurité publique, s'est produit en 2017. Les détails sur les raisons pour lesquelles l'individu est considéré comme un risque pour la sécurité nationale et sur la façon dont on lui a accordé le statut de résident permanent ont été caviardés dans le document.

Ce dernier souligne toutefois que le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) disposait d'informations compromettantes qui auraient pu permettre aux autorités de conclure que l'individu en question était non admissible au Canada.

Selon Kelly Sundberg, professeur associé au département d'économie, de justice et d'études politiques de la Mount Royal University, à Calgary, ce cas ne serait pas unique. « Je pense que c'est probablement plus courant que nous ne le pensons [...]. Donc, c'est préoccupant », a-t-il déclaré en entrevue à CBC.

Cette affaire n'est pas sans rappeler cette histoire concernant Abdullahi Hashi Farah, membre d'un gang somalien au casier judiciaire fort chargé qui avait été relâché à deux reprises au Canada en raison d'un manque de communication entre l'ASFC et la Commission de l'immigration et du statut de réfugié.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?