À force de crier au loup les antiracistes en deviennent ridicules

À force de crier au loup les antiracistes en deviennent ridicules

jeu, 17/01/2019 – 10:00
Posté dans :
11 commentaires

L'humoriste Guy Nantel estime que les propriétaires du bar qui ont banni le comique en dreads nuisent à l'antiracisme réel.

Voici la ou les sources de cet article : QUB radio du 16 janvier, The Guardian, Google et Huffington PostVoici la source de la photo : Facebook

Sophie Durocher recevait, mercredi, Guy Nantel sur les ondes de QUB radio dans le cadre de l'émission « On n'est pas obligé d'être d'accord ». Revenant sur les incidents tragi-comiques concernant le bar Coop Les Récoltes, les deux interlocuteurs croient que les tenants de l'antiracisme à tous crins sont allés beaucoup trop loin.

Rappelons que l'humoriste Zach Poitras vient de se faire signifier qu'il ne pourra pas participer à deux soirées d'humour organisées par le bar Coop Les Récoltes, situé sur la rue Saint-Denis, parce qu'il est blanc et porte des dreads. C'est encore une fois la fameuse tirade à propos de l'« appropriation culturelle » qui a été invoquée pour justifier cette exclusion d'un trublion de l'humour qui n'a rien fait de répréhensible.

Perdre sa crédibilité à force de crier au loup

Guy Nantel a pris la balle au bond après que l'animatrice ait parlé de l'histoire du « jeune garçon qui crie au loup », une ancienne fable qui nous met en garde contre les affabulateurs finissant par se retrouver pris au dépourvu à force d'inventer des histoires fictives afin de duper les gens.

L'humoriste estime que cette histoire d'« appropriation culturelle » est une véritable affabulation qui ne semble pas sur le point de s'arrêter. Il en a pour preuve le cas du chef londonien Jamie Oliver qui s'est fait accuser de faire de « l'appropriation culturelle » en cuisinant du riz jamaïcain. Estomaqué, M. Nantel nous rappelle que « la base même de la cuisine c'est de marier les saveurs ».

Le danger d'une dérive totalitaire

Guy Nantel est revenu à quelques reprises sur la question des limites permises dans le monde de l'humour en soulignant qu'il est difficile de tracer une ligne entre ce qui est admis et ce qui est proscrit. Et, qui plus est, la question de la liberté d'expression concerne tout le monde. L'humoriste estime que « c'est comme ça pour toutes les formes d'expression : on a besoin d'influences, d'écouter l'autre, de voir comment il fait … ça nous inspire, on marie ça à notre histoire et à notre culture ».

« Si tu es contre l'art, si tu es contre l'humour, va vivre dans un régime intégriste, il y a beaucoup de pays sur la terre qui pratique ça et qui sont fiers de ça [...] Mais, au Québec, ce n'est pas comme ça que ça fonctionne », a-t-il ajouté en guise de point d'orgue.

Nous avons besoin de votre aide !

Bien que notre journal soit encore tout jeune, il a connu une progression fulgurante – et ce, grâce à vous. Désormais, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure afin de bâtir un véritable média de masse indépendant. Pour cela, nous avons besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Aidez-nous dès maintenant avec une contribution financière :

Donner de l'argent

Que pensez-vous de cet article ?