Facebook veut s'ingérer dans les élections canadiennes

Facebook veut s'ingérer dans les élections canadiennes

ven, 15/09/2017 – 12:59
Posté dans :
0 commentaire

L'entreprise va mettre sur pied un projet en vue de « protéger » le Canada contre les « fausses nouvelles. »

Source : ReutersPhoto : Inconnu

Aux États-Unis, la plupart des médias et des politiciens accusent la Russie d'avoir interféré dans leur processus électoral et d'avoir facilité l'élection de Donald Trump, notamment par le biais de « fausses nouvelles » diffusées sur les réseaux sociaux. La Russie a toujours nié ces accusations et a rappelé que les États-Unis n'avaient pas de leçon à donner, considérant leurs nombreuses interventions à l'étranger – parfois même contre des gouvernements démocratiquement élus.

Facebook veut « protéger » le Canada

Dans cette guerre d'influence entre les deux puissances mondiales, le Canada s'est rangé du côté des États-Unis et a dit craindre que la Russie interfère dans ses élections en 2019. Ses craintes semblent avoir été entendues, car Facebook a annoncé la mise sur pied d'un projet en vue de « protéger » le Canada. Une porte-parole de la compagnie a refusé de dévoiler davantage de détails, mais on sait que la ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould, devrait prendre la parole lors d'une cérémonie de lancement la semaine prochaine.

L'universitaire Anatoliy Gruzd, qui devrait aussi s'exprimer lors de la cérémonie de lancement, a déclaré : « La propagation de fausses informations en ligne peut influencer le vote. » Il a aussi dit : « Des plateformes comme Facebook et Twitter doivent vraiment mettre en place des mesures techniques pour empêcher la propagation de fausses informations ou la création de groupes pouvant faire la promotion de discours haineux. »

De nombreuses craintes par rapport à la liberté d'expression

Malgré ce noble objectif, des experts craignent une dérive autoritaire de Facebook, qui censurerait des informations non pas parce qu'elles seraient fausses, mais parce qu'elles seraient contraires à un certain point de vue, désormais placé au rang de Vérité. Déjà, une telle dérive peut se voir chez YouTube qui a, par exemple, récemment censuré une vidéo dans laquelle on abordait une problématique sensible, mais réelle en Europe : les abus sexuels commis par les migrants illégaux accueillis à partir de 2015.

Aimez-vous ce journal ? Alors, cliquez ici pour nous suivre et ne rien manquer de nos derniers articles. Si vous désirez en savoir plus sur ce journal, cliquez plutôt ici.