Bombardier vend ses CRJ : les gros bonnets empochent tout

Bombardier vend ses CRJ : les gros bonnets empochent tout

ven, 28/06/2019 – 14:00
Posté dans :
9 commentaires

De leur côté, les contribuables n'auront pas un clou malgré les subventions gigantesques versées à ce « fleuron national ».

Voici la ou les sources de cet article : Toronto Sun, La Presse, TVA Nouvelles et Radio-Canada / Voici la source de la photo : KMR Photography, Flickr, CC BY 2.0

Après avoir cédé le contrôle de la C Series à Airbus, Bombardier vient d'annoncer qu'une autre entente avait été conclue : cette fois-ci, c'est le contrôle du programme d'avions régionaux CRJ qui s'envole à l'étranger pour atterrir chez Mitsubishi Heavy Industries. En contrepartie, l'entreprise québécoise doit recevoir la coquette somme de 500 millions de dollars américains et verra ses dettes de 200 M$ assumées par la société japonaise.

Selon ce qu'a rapporté TVA Nouvelles, 300 des 700 emplois liés au modèle CRJ qui se trouvent à Mirabel seront conservés par Mitsubishi. Le PDG de Bombardier, Alain Bellemare, a cependant tenu à préciser qu'il n'y avait pas de « garanties » concernant ces emplois. « Il n'y a pas d'entreprise qui garantit ça », a-t-il ajouté.

Il faut dire que contrairement à plusieurs acteurs du secteur privé, Bombardier a pu jouir de subventions gouvernementales pour préserver « les emplois payants » au pays. Comme le souligne le directeur fédéral de la Fédération canadienne des contribuables, Aaron Wudrick, l'entreprise a reçu près de 4 milliards de dollars depuis 1966 de la part des citoyens canadiens.

Et encore, M. Wudrick n'a pas précisé si les 4 milliards incluaient les deux paliers de gouvernement. Notons qu'à lui seul, le gouvernement Couillard avait dépensé 1,3 milliard de dollars pour acquérir une participation dans le programme de la C Series.

M. Wudrick rappelle que les gouvernements fédéraux ont prêché la même idée, avançant que tous les pays investissaient dans leurs compagnies du domaine de l'aéronautique. Le Canada et le Québec vendaient alors l'espoir de pouvoir rivaliser avec l'Européenne Airbus et l'Américaine Boeing, préférant ignorer la disparité flagrante entre la taille des économies en jeu.

Notons que la famille Beaudoin-Bombardier a conservé le contrôle de l'entreprise pendant de nombreuses années. L'an dernier, leur fortune était évaluée à 2,8 milliards de dollars.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?