DiCaprio, Suzuki et cie : écolos et hypocrites

DiCaprio, Suzuki et cie : écolos et hypocrites

sam, 25/05/2019 – 16:30
Posté dans :
6 commentaires

Ils font le tour du globe pour nous demander d'être plus verts. Pourtant, leur propre empreinte écologique est immense.

Voici la ou les sources de cet article : Wheels 24, The Daily Mail #1#2 et #3, The Telegraph #1 et #2, JournalistateLos Angeles Times, National Center for Policy Research, Twitter et Wikipedia / Voici la source de la photo : Kasey Baker, WikimediaCC BY 3.0

La protection de l'environnement est sur toutes les lèvres. Des politiciens de diverses allégeances claironnent sur les tribunes, certains avec une pointe de fanatisme dans la voix, qu'il y a urgence en la demeure. Et dans cette pétaudière, ils sont escortés par leurs alliés naturels, les médias de masse, mais aussi par une lignée de personnalités publiques dont la particularité est d'être riches comme Crésus.

Ceux-là nous invitent, voire nous exhortent à changer de mode de vie, allant parfois jusqu'à casser du sucre sur le dos d'un capitalisme dont ils ont pleinement profité. Nous avons choisi quatre de ces personnalités pour vous démontrer la duplicité de leur discours relayé par des escadrons libéraux commandés par l'ONU et le GIEC.

Leonardo DiCaprio

DiCaprio est sans contredit l'une des plus grosses pointures du mouvement environnementaliste « made in Hollywood » ; il est également l'une des voix les plus critiques des humains que nous sommes. « L'humanité doit assumer la responsabilité à grande échelle de la destruction aveugle de son foyer collectif », a-t-il déjà dit, lui qui n'ignore pourtant pas qu'il contribue largement à cette destruction.

Selon le site Internet Wheels 24, aux dernières nouvelles, DiCaprio, dont la fortune était estimée en 2014 à 220 millions, faisait rouler quatre voitures, dont une rutilante Porsche Cayenne. La même année, le Mail Online rapportait que l'acteur possédait quatre propriétés : deux appartements à New York et deux résidences de luxe, soit l'une à Hollywood, l'autre à Palm Springs.

Toujours en 2014, la vedette du film Le loup de Wall Street avait emprunté le yacht Topaz, un gros consommateur d'essence appartenant au cheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan, des Émirats arabes unis. La vedette s'était rendue au Brésil en vue de la Coupe du monde de soccer. Le Topaz, qui comporte deux pistes d'atterrissage pour hélicoptères, est une embarcation de 482 pieds d'une valeur de 400 millions de livres, correspondant à environ 685 millions canadiens au prix d'aujourd'hui. Quelques mois plus tôt, DiCaprio et deux autres vedettes de Hollywood, Jamie Foxx et Orlando Bloom, avaient réservé le « superyacht » pour une soirée bien arrosée au large de New York.

Leonardo aime bien voyager. Le Mail Online avait évalué à au moins vingt le nombre de voyages que l'acteur avait effectués uniquement entre le 1er janvier et le 23 septembre 2014, dont un pour se rendre en vacances sur la Côte d'Azur. Une vingtaine de voyages qui ont certainement laissé des traces indélébiles sur l'environnement.

Al Gore

Si Leonardo DiCaprio est l'une des plus grosses pointures du mouvement environnementaliste, Al Gore en est certainement son grand manitou. Son documentaire Une vérité qui dérange, diffusé en 2006, lui avait valu de nombreux prix. Mais Gore avait dissimulé certaines tares qui lui avaient aussi valu des critiques.

L'ex-politicien possède une villa de 8,8 millions de dollars américains, avec vue sur la mer s'il vous plaît, à Montecito, en Californie. La propriété de style italien comporte entre autres une cave à vin, des terrasses, six cheminées, cinq chambres à coucher et neuf salles de bain sur plus de 6 500 pieds carrés d'espace habitable.

Mais Gore est aussi l'heureux propriétaire d'une résidence encore plus grande, soit de 10 070 pieds carrés, à Nashville, au Tennessee. Une résidence qui consomme plus de 220 000 kilowatts-heures d'électricité par année, soit vingt fois la moyenne nationale aux États-Unis. Selon le National Center for Public Policy Research, en 2016, il a fallu 66 159 kilowatts-heures d'électricité pour seulement faire chauffer la piscine de la villa du grand manitou de l'environnement. Coût de la facture pour l'ensemble de la propriété : 22 000 $ entre août 2016 et juillet 2017.

Al Gore est un véritable fana de l'immobilier, car il possède également un « pied-à-terre » au St. Regis Residence Club, à San Francisco, et une fermette à Carthage, au Tennessee. On ne dispose malheureusement d'aucun chiffre sur la consommation annuelle en électricité de ces propriétés.

Harrison Ford

Quand Harrison Ford était de passage à Montréal en avril dernier pour le Sommet des champions de la nature, la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, s'était lancée dans une envolée métaphorique sur Twitter. « Infatigable et intrépide, Harrison Ford est depuis longtemps un défenseur de l'environnement et un champion incroyable de la conservation », avait-elle écrit.

Mme McKenna ignorait peut-être que le « champion de l'environnement et de la conservation » prenait son jet privé pour aller acheter des hamburgers. Non, ce n'est pas une « fake news » : c'est lui-même qui l'a avoué.

Selon le site Internet Wheels 24, Ford possède six voitures, mais il dispose aussi de sept avions et d'un hélicoptère, qu'il utilise régulièrement puisque l'Indiana Jones du grand écran est lui-même pilote. Son Cessna 208B consommerait 334 gallons (environ 1 265 litres) de carburant à l'heure. À cet attirail s'ajoute une douzaine de motos, selon le Daily Mail.

David Suzuki

David Suzuki est l'Al Gore du Canada. Nous avons d'ailleurs consacré un article à celui que nous avons qualifié de « faux prophète de l'environnement ». Inutile de répéter ce qui a déjà été écrit, mais il serait pertinent de revenir sur quelques traits particuliers du personnage.

Car ce « géant vert » possède un imposant parc immobilier : deux maisons dans le quartier haut de gamme de Kitsilano, à Vancouver, d'une valeur globale de 16 millions de dollars, une propriété riveraine sur l'île de Quadra, en Colombie-Britannique, dont la valeur se situerait dans les sept chiffres, et une maison de vacances en Australie. Ici non plus, aucune donnée n'a été fournie sur la consommation en énergie de ces résidences, mais on peut deviner que l'empreinte carbonique est non négligeable.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?