Accusé de terrorisme, il est libéré « sous conditions »

Accusé de terrorisme, il est libéré « sous conditions »

sam, 06/04/2019 – 21:45
Posté dans :
6 commentaires

« De toute évidence, l'adolescent est très satisfait de cette décision », nous informe l'avocat du jeune homme.

Voici la ou les sources de cet article : La Presse, The Globe and Mail, Global News et Radio-Canada / Voici la source de la photo : CC0

Mercredi, un adolescent originaire de Kingston accusé de terrorisme a obtenu les bonnes grâces du magistrat lors de son audience sur la mise en liberté sous caution. « Le juge de paix a déterminé dans ce cas que le risque pour le public, entre autres, pouvait être géré avec la libération de l'adolescent », a déclaré l'avocat du jeune homme, Me Simon Borys. L'homme de loi a tout de même tenu à dire qu'il comprenait « l'inquiétude que les gens peuvent avoir en raison de la nature des allégations ».

L'adolescent fait face à 5 chefs d'accusation distincts, soit d'avoir eu en sa possession une substance explosive, d'avoir eu l'intention de faire exploser cette substance afin de mettre la vie d'autrui en danger et d'endommager une propriété, d'avoir sciemment facilité un acte terroriste, d'avoir conseillé à un individu de livrer, d'installer ou de faire détonner un engin explosif dans un lieu public et, enfin, d'avoir menacé d'autres personnes.

Soulignons que l'identité du présumé terroriste est protégée en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents. D'ailleurs, un interdit de publication empêche de divulguer les informations concernant le contexte dans lequel les accusations ont été déposées. On sait toutefois que c'est une information fournie par le FBI qui avait poussé les forces de l'ordre canadiennes à déclencher une enquête policière à Kingston qui, au bout du compte, a mené à l'arrestation du présumé terroriste en janvier dernier.

Quoi qu'il en soit, le juge de paix n'a pas exigé qu'une somme soit versée pour que le jeune homme puisse recouvrer sa liberté. Après avoir siégé pendant trois jours non consécutifs, le magistrat a pris la décision de lui imposer des conditions soi-disant « strictes ».

En fait, le présumé terroriste devra en tout temps être accompagné d'un des deux membres de sa famille approuvés par la cour, porter un bracelet GPS, remettre son passeport à la Gendarmerie royale du Canada et demeurer en Ontario. Il devra aussi s'abstenir de surfer sur le web sauf pour des raisons éducatives. L'accusé sera de retour devant les tribunaux pour sa prochaine comparution le 30 avril.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?