La fouille d'une musulmane risque de coûter 16 500 $ aux citoyens

La fouille d'une musulmane risque de coûter 16 500 $ aux citoyens

ven, 19/07/2019 – 09:45
Posté dans :
14 commentaires

« La policière a violé le droit de la victime à la liberté de religion sans discrimination », nous dit-on.

Voici la ou les sources de cet article : CBC News et Journal de MontréalVoici la source de la photo : KMR Photography, Flickr, CC BY 2.0

La Commission des droits de la personne réclame une somme de 19 000 $ pour indemniser Aicha Essalama, une Marocaine qui estime avoir été maltraitée par Annie Brazeau, une agente du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). L'organisation recommande au Tribunal des droits de la personne de répartir les dommages de la manière suivante : 16 500 $ au SPVM et 2 500 $ à l'agente Brazeau, cette fois-ci à titre de dommages punitifs.

Les faits remontent à 2014. Pendant que Mme Essalama revenait de la mosquée avec son fils et qu'ils étaient tous les deux en route vers le domicile de son enfant, ce dernier a reçu un appel d'un enquêteur pour l'aviser qu'il était chez lui pour procéder à son arrestation parce qu'il avait omis de se présenter devant le Tribunal pour une affaire de violence conjugale (notons que l'homme a plus tard été acquitté de ses accusations).

Si le policier a accepté d'attendre que l'homme aille déposer sa mère avant de l'arrêter, ces collègues n'ont visiblement pas eu le mot d'ordre. La voiture a rapidement été encerclée par plusieurs agents du SPVM pour arrêter le fils de Mme Essalama. C'est à ce moment que la plaignante est sortie du véhicule et a tenté de prendre la fuite vers le domicile de son fils. Un des agents de la paix a utilisé un haut-parleur pour lui demander de revenir et les policiers l'ont mise en état d'arrestation.

La policière Annie Brazeau a alors procédé à la fouille de la plaignante. Cette dernière reproche à l'agente de l'avoir « humiliée », soit en lui ayant retiré son hijab, son abaya, ainsi que ses chaussures sans son consentement alors qu'elle était menottée. D'après la plaignante, l'agente Brazeau aurait levé son chandail, exposant ainsi son soutien-gorge à la vue de tous.

« La policière a violé le droit de la victime à la liberté de religion sans discrimination », soutient la Commission des droits de la personne dans son mémoire.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?