Un homme qui a voulu tuer au nom d'Allah peut sortir sans escorte

Un homme qui a voulu tuer au nom d'Allah peut sortir sans escorte

mar, 16/07/2019 – 15:30
Posté dans :
17 commentaires

Ayanle Hassan Ali avait perpétré une attaque au couteau, mais il avait été déclaré non criminellement responsable.

Voici la ou les sources de cet article : Global News et Radio-CanadaVoici la source de la photo : Police de Toronto

La cour d'appel de l'Ontario autorise Ayanle Hassan Ali, qui avait perpétré une attaque au couteau dans un centre de recrutement de l'armée à Toronto en 2016, à fréquenter le Collège Mohawk, de Hamilton, sans être accompagné d'une personne.

La plus haute instance judiciaire de l'Ontario confirme donc la décision de la Commission ontarienne d'examen qui avait permis à Ali de retourner aux études en mars dernier. Les procureurs de la Couronne contestaient cette décision, affirmant que les intérêts de l'individu avaient été pris en considération au détriment de la sécurité publique. Les trois juges de la Cour d'appel ont vu les choses autrement.

Ayanle Hassan Ali est présentement interné à l'hôpital psychiatrique St. Joseph's Healthcare de Hamilton depuis qu'il a été innocenté par la cour.

Les faits

Le 14 mars 2016, Ali s'était présenté dans un centre de recrutement de l'armée à Toronto en brandissant un couteau. Deux militaires avaient été blessés lors de l'assaut. Accusé de tentative de meurtre, de voies de fait causant des lésions corporelles, d'agression armée et de possession d'une arme dans un dessein dangereux, « le tout en association avec un groupe terroriste », il avait malgré tout été jugé inapte à subir son procès.

L'homme avait pourtant commis son crime au nom d'Allah, selon ses propres dires. « Allah m'a dit de venir ici et de tuer des gens », aurait-il déclaré.

Le juge MacDonnell de la Cour supérieure de l'Ontario avait précisé que l'accusé « ne [pouvait] être reconnu coupable d'un acte terroriste, parce qu'il [avait] agi seul sans aucune motivation idéologique et qu'il n'[était] associé à aucun groupe subversif ». Il ne pouvait non plus être considéré comme criminellement responsable puisqu'il était paranoïaque au moment des faits.

Ayanle Hassan Ali est né à Montréal, mais il a déménagé à Toronto vers 2011.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?