Les dangers de la réforme du mode de scrutin

Les dangers de la réforme du mode de scrutin

lun, 10/06/2019 – 18:45
Posté dans :
3 commentaires

Un lecteur craint qu'une éventuelle modification du processus électoral bénéficie à des partis comme Québec solidaire.

Voici la source de la photo : Rama, WikimediaCC BY-SA 2.0 FR (Image modifiée : texte enlevé de l'enveloppe)

Le texte ci-dessous est un article d'opinion écrit par un de nos lecteurs, Marc Labelle, et relayé par le journal Le Peuple. Il a été légèrement modifié, mais le propos demeure identique. Vous pouvez nous envoyer votre propre article d'opinion en cliquant ici.

Le projet de réforme qui exerce un attrait sur les partis politiques du Québec est proposé par le Mouvement Démocratie nouvelle. Il s'agit d'un scrutin mixte avec compensatoire régionale. Précisément, 50 des 127 sièges prévus à l'Assemblée nationale seraient affectés aux régions. Les députés régionaux ne seraient pas directement élus à leur poste par les citoyens comme dans les circonscriptions puisqu'ils seraient choisis après coup parmi les listes régionales des partis selon une formule alambiquée. Quant aux circonscriptions, leur nombre serait donc diminué à 77. De plus, la réforme instituerait une nouvelle structure constituée de 8 régions pour les sièges dits « compensatoires » : elle serait artificielle puisque la population est familière avec les 17 régions administratives traditionnelles.

La réforme favoriserait donc l'influence indue de tiers partis comme QS — spécialement la mainmise de son Politburo — sur l'ensemble de la vie politique parce que le parti le plus populaire auprès de l'électorat devrait composer avec de tels partis extrémistes pour former le gouvernement. Non merci.

Cette réforme est axée sur une obsession plus ou moins consciente : la reconnaissance fragmentée de tous les clientélismes politiques. Or, le peuple veut plutôt élire une équipe capable de gouverner efficacement en vertu du bien commun. Selon un processus simple et transparent plutôt qu'inutilement complexe.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?