Lettre ouverte à un pro-registre

Lettre ouverte à un pro-registre

lun, 28/01/2019 – 06:30
Posté dans :
1 commentaire

Le citoyen Luc Lapierre est formel : le clash urbain/rural est bien réel. Il en parle dans sa lettre à un pro-registre.

Voici la source de la photo : CC0

T'inquiète. Le clash urbain/rural est bien réel. Y'a que les aveugles pour ne pas le voir. On applaudit les carrés rouges, les casseroles et les gilets jaunes pour leur résistance face à des politiques injustes. Curieux qu'on varge sur les dossards orange pour la même raison. Sans vraiment connaître le fond de l'histoire.

Maintenant, si tu crois que se cache quelque chose d'autre que ce qui est évident derrière notre refus de se soumettre, lis ceci.

Les proprios d'armes à feu, pour la majeure partie issue de la ruralité, n'ont aucunement l'intention de se faire dicter leur conduite par une loi qui a la faveur d'une majorité de Montréalais, peut-être, mais seulement d'une proportion marginale de « provinciaux ». Je rappelle qu'en ruralité, les armes à feu sont utilisées intelligemment, tous les jours, à des fins récréatives et on ne s'émeut pas à la vue d'un « gun ». Il est juste un outil de plus, adapté à notre mode de vie.

Mais comme ça a été le cas avec le registre fédéral, nous anticipons qu'à chaque nouvelle contrainte inutile, nous perdrons environ 30 000 passionnés de la chasse, écoeurés qu'ils sont de se voir ajouter des obligations ridicules. Crois-tu que ce registre « simple et facile » soit la seule épreuve que nous ayons à subir avant de pouvoir posséder des armes de chasse?

Ensuite, le modèle de contrôle « par inventaire » promu par Polysesouvient est en tous points semblable à celui australien. Or, l'étape suivante à l'inventaire a été de bannir les armes semi-automatiques de chasse. À l'heure actuelle, les chasseurs australiens en sont réduits à chasser le canard pratiquement avec des tromblons. Pour l'urbain, ça équivaut à faire du vélo en roulant sur les rims. D'après toi, c'est pas légitime de se méfier un peu?

Et on ne devrait pas s'en faire pour la survie de notre mode de vie?

As-tu besoin d'autres exemples concrets du pourquoi de notre résistance?

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?