Les appels d'offres en français sont bâclés

Les appels d'offres en français sont bâclés

ven, 06/07/2018 – 06:20
Posté dans :
1 commentaire

Il s'agit d'un problème « répandu » et « systémique », selon le commissaire aux langues officielles.

Voici la ou les sources de cet article : La Presse et ONFR-TFOVoici la source de la photo : Egle_pe, CC0

Le commissaire aux langues officielles Raymond Théberge juge sévèrement le ministère des Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC). Dans un rapport préliminaire, publié en juin, M. Théberge reproche à SPAC de ne pas avoir pris les mesures nécessaires afin d'assurer un français de qualité égale à l'anglais.

Le SPAC est responsable du site achatsetventes.ca, là où sont publiés les appels d'offres du gouvernement. « De toute évidence, la problématique du non-respect de la Loi (sur les langues officielles) sur la plateforme achatsetventes.ca est répandue et systémique », écrit-il dans son rapport.

En date de jeudi, le gouvernement cherchait toujours un fournisseur de « tissues enduis indechirables » et de « caminon-benne à grains », ainsi que le « soumissionnaire le moins-disant » pour « un logiciel de formation ». Les contrats pour des « equipements d'approvisionnement en oxygen et equipements de lutte », ainsi que ceux se rapportant à des « services d'integration aux sistemes » ont été octroyés récemment, sans que personne n'y trouve à redire sur la piètre qualité de leur énoncé.

En mars dernier, le porte-parole conservateur en matière de langues officielles, Alupa Clarke, pointait du doigt le laxisme du gouvernement. « Un appel d'offres quand même, c'est quelque chose qui est important, et qui donne des directives à des groupes ou des compagnies. Il faudrait que les appels d'offres soient exemplaires. Chaque mot compte », avait-il plaidé.

L'opposition conservatrice soulève aussi le fait que de potentielles conséquences légales pourraient découler de ces écarts de langage. Par exemple, un fournisseur pourrait contester le résultat d'un appel d'offres en alléguant que son texte de présentation aurait été rédigé à partir d'un français incompréhensible. « On peut se demander le nombre de bons candidats que nous avons manqué à cause de ça », s'interroge M. Clarke. « Cela démontre une nouvelle fois la nonchalance du gouvernement en matière de langues officielles ».

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?