Du gaz dans l'eau des combines libérales pour acheter les médias

Du gaz dans l'eau des combines libérales pour acheter les médias

sam, 15/12/2018 – 11:00
Posté dans :
2 commentaires

L'ombudsman de l'approvisionnement vient d'annuler un juteux contrat destiné aux journalistes de la Torstar Corporation.

Voici la ou les sources de cet article : Blacklocks #1#2, Twitter, iPolitics et Bureau de l'ombudsman de l'approvisionnementVoici la source de la photo : Alex Guibord, Flickr, CC BY 2.0

C'est le média indépendant Blacklock's qui a démarré le bal en formulant une plainte officielle présentée au bureau de l'ombudsman de l'approvisionnement à propos de l'attribution d'un premier contrat de 355 950 $ à Torstar Corporation à titre de fournisseur unique. Ce contrat a été attribué à iPolitics INTEL, une filiale du conglomérat, afin d'envoyer ses journalistes couvrir les audiences publiques des commissions parlementaires.

L'attribution d'un contrat à un fournisseur privilégié

Ce contrat a été attribué, sans appel d'offres, par le Bureau du surintendant des institutions financières à iPolitics INTEL, faisant d'elle l'unique fournisseur responsable d'un service de monitorage des audiences des commissions parlementaires.

Cette curieuse attribution de contrat a mis la puce à l'oreille du comité éditorial de Blacklock's dans un contexte où tous les témoignages entendus en commission parlementaire font, normalement, l'objet d'une retranscription préparée par des employés du parlement. En outre, pas moins d'une quarantaine d'entreprises de presse ont reçu une accréditation officielle afin de couvrir les audiences des commissions parlementaires. Alors, pourquoi dépenser de telles sommes afin de dédoubler un service déjà rendu par la fonction publique ?

Une première subvention déguisée à un média-ami

Le gouvernement Trudeau tente d'acheter les médias par le truchement de subventions déguisées en aide à une « liberté de presse » qui n'est qu'un prétexte pour contrôler la circulation de l'information au pays. C'est ainsi qu'à la fin du mois de novembre dernier, le gouvernement Trudeau tentait de s'assurer un appui médiatique sans précédent avec l'annonce d'une enveloppe de près de 600 millions destinée à sauver des eaux ses alliés naturels : les médias. Il semblerait que l'attribution de ce contrat à iPolitics INTEL corresponde à un premier coup d'envoi destiné à lancer un signal sans équivoque aux amis du pouvoir en place.

Jeudi, dans un brouhaha soulevé par l'opposition officielle au Sénat, le sénateur conservateur David Tkachuk a demandé à un représentant du gouvernement libéral « si un cadre de Torstar aurait tenté de contacter le premier ministre ou quelqu'un d'autre dans son cabinet afin de solliciter l'octroi de ce contrat ». Le sénateur Tkachuk s'est questionné publiquement à propos d'une coïncidence qui laisse à penser qu'une véritable collusion existerait entre le conglomérat médiatique et les Libéraux.

Une curieuse coïncidence d'événements

En effet, le 20 septembre dernier, Torstar Corporation a mis la main sur iPolitics en déboursant le somme de 1,4 million et elle en a profité pour immédiatement congédier cinq employés, incluant des journalistes. Par la suite, le 10 octobre, le président de Torstar a publié dans les pages du Toronto Star un commentaire éditorial prônant l'octroi de subventions fédérales aux médias en difficulté. Rappelons que ce conglomérat a essuyé des pertes nettes de l'ordre d'une centaine de millions de dollars dans les deux dernières années.

Finalement, le 25 octobre dernier, le surintendant des institutions financières publiait un avis légal à l'effet d'avoir permis l'octroi de ce premier contrat à Torstar en qualité de fournisseur unique. Le sénateur Tkachuk, manifestement outré par un tel abus de pouvoir, a été jusqu'à poser cette question sans équivoque : « Pourquoi le Bureau du surintendant des institutions financières doit-il rémunérer une source d'information [privée] afin d'assurer la couverture d'une audience publique ? »

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?