Le dossier noir de Québec solidaire : au front avec l'islam

Le dossier noir de Québec solidaire : au front avec l'islam

jeu, 17/01/2019 – 12:00
Posté dans :
14 commentaires

En plus d'être un parti d'extrême gauche, QS cède à la complaisance à l'égard de l'islamisme. Deuxième partie de ce dossier.

Voici la ou les sources de cet article : Point de bascule #1#2#3 , #4, #5#6 et #7Le Point, France 24, Québec solidaire, Wikipedia, Facebook, Times of Israel, Gouvernement du Canada, NewswireBarbara Kay, Bateau canadien pour Gaza / Voici la source de la photo : Asclepias, yanik_crepeau et Judicieux, Wikimedia, CC BY-SA 3.0

Nul doute que l'attitude des partis de gauche à l'égard des cultures étrangères, en particulier envers l'islam, est marquée par l'empathie. Québec solidaire (QS) ne fait pas exception à cette règle, et les premiers signes de cette manifestation d'empathie sont apparus l'année suivant sa fondation, soit en 2007.

Cette année-là, l'ex-porte-parole de QS, Françoise David, avait participé, à Toronto, à un colloque appelé Marxism – A Festival of Resistance, organisé dans le but de renforcer l'alliance entre l'extrême gauche et les milieux islamistes. Une fratrie d'intégristes avait été invitée à cet événement à titre de conférenciers, parmi lesquels Zafar Bangash, un grand supporter de la révolution islamiste en Iran. Bangash souhaite d'ailleurs que ce type de révolution se propage dans tous les pays, dont le Canada.

QS côtoie des groupes islamistes

Au printemps 2011, lorsque les premières notes de la révolution syrienne se faisaient entendre, Québec solidaire avait pris fait et cause pour le Conseil national syrien (CNS). Un choix curieux, puisque le CNS a été noyauté par les tristement célèbres Frères musulmans. Selon le journal Le Point, « près d'un tiers des membres du CNS sont des islamistes, Frères musulmans syriens ou anciens de la confrérie ». Un autre média, France 24, cite un activiste syrien selon lequel les Frères étaient plutôt majoritaires au sein du CNS.

Cet appui aux Frères musulmans était-il délibéré ? Peut-être pas, mais toujours est-il que le 6 octobre 2012, Manon Massé et un député du Bloc québécois, Richard Nadeau, ont participé à la projection du film Sous les yeux de la Palestine, un événement organisé par Islamic Relief Canada, en collaboration avec Human Concern International, l'Association des étudiants musulmans de l'Université de Montréal et la Muslim Students Association (MSA).

Il est possible que les deux personnalités politiques n'aient pas été mis au courant que les bureaux de Human Concern avaient été fermés à la demande du gouvernement canadien à la fin des années 90 parce que l'organisme était accusé d'être un paravent d'Al-Qaida, ce qu'avait avoué Oussama ben Laden lui-même. À l'époque, le chef du bureau pakistanais de Human Concern était Ahmed Said Khadr, un des hauts gradés d'Al-Qaida et père d'Omar Khadr, qui a obtenu 10,5 millions du fédéral à titre de compensation pour avoir été interné à Guantanamo.

Islamic Relief Canada a été récemment accusé par certains pays d'entretenir des liens avec le terrorisme.

Un bateau pour des islamistes

En mai 2010, Manon Massé représentait Québec solidaire au sein d'une délégation de 17 Québécois qui voulaient tenter de sauver les Palestiniens victimes de la « persécution » israélienne. Le communiqué publié pour l'occasion était signé par Mohamed Kamel et Ehab Lotayef. Des deux, c'est le second qui nous intéresse.

Ehab Lotayef était l'un des principaux organisateurs de l'opération Un bateau pour Gaza. Il est aujourd'hui membre du conseil de la Fédération canada-arabe (FCA), créée en 1967 pour représenter les intérêts des Canadiens d'origine arabe. En 2009, le gouvernement Harper avait mis fin au financement attribué à la FCA, accusant ses dirigeants d'avoir appuyé ouvertement deux groupes terroristes, le Hezbollah et le Hamas, et d'avoir tenu des propos antisémites. Omar Alghabra, membre du caucus libéral à Ottawa, a été président de la FCA de 2004 à 2005.

Le 30 juin 2009, Omar Shaban, vice-président de la FCA pour l'ouest du Canada, avait écrit sur sa page Facebook que le Canada était un « État génocidaire », ajoutant ceci à propos de la fête nationale du Canada : « Fuck Canada Day ». Il disait avoir honte d'être canadien.

Ehab Lotayef avait une fois lancé un boycottage à l'endroit des librairies Chapters et Indigo en raison du soutien de ses propriétaires, Heather Reisman et Gary Schwartz, à une fondation israélienne. Selon La Presse, Lotayef aurait par ailleurs été impliqué dans une tentative de mettre en place un tribunal de la charia à Montréal. Dans ce projet, il côtoyait l'imam Said Fawaz, un représentant de la Ligue islamique mondiale de l'Arabie saoudite.

Parmi les autres organisateurs du Bateau pour Gaza figurait Elias Hazineh, ex-président de Palestine House. S'adressant au rassemblement annuel de la Journée Al-Quds en août 2013, Elias Hazineh avait tenu des propos incendiaires sur les Israéliens : « Ils [les Israéliens] ne négocient pas. Et nous négocions avec eux depuis 65 ans. Nous disons [donc] : "Sors ou tu es mort". On leur donne deux minutes et on commence à tirer. Et c'est la seule façon pour eux de comprendre », avait-il violemment déclaré.

Hazineh a été président de la circonscription Mississauga-Erindale sous le député libéral que nous avons cité plus haut, Omar Alghabra.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?