Entente sur les pays tiers sûrs : le paradoxe d'Ahmed Hussen

Entente sur les pays tiers sûrs : le paradoxe d'Ahmed Hussen

mar, 19/03/2019 – 15:45
Posté dans :
2 commentaires

L'Entente « ne fonctionne plus », selon des documents internes du ministère de l'Immigration, que le ministre a ignorés.

Voici la ou les sources de cet article : Global NewsVoici la source de la photo : Bruce Reeve, Flickr, CC BY-SA 2.0 (Image rognée)

Le réseau Global News a mis la main sur des documents qui démontrent que le ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, tient un double discours concernant l'Entente sur les tiers pays sûrs.

Cette entente, rappelons-le, fait en sorte qu'un migrant ou un réfugié qui entre par les États-Unis, considérés comme un pays sûr, doit la majorité du temps y faire directement sa demande d'asile, même si sa destination finale est le Canada. L'Entente ne s'applique toutefois pas si la frontière canado-américaine est traversée illégalement.

Le ministre Hussen avait prévu une réunion au sujet de cette entente le 18 janvier 2018 avec la secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis, Kirstjen Nielsen, mais elle fut annulée entre-temps. Or, par l'entremise de la Loi sur l'accès à l'information, Global News a obtenu des documents internes préparés par le ministère de l'Immigration et qui soulignent le peu d'appui que recevait l'Entente à ce moment chez ses fonctionnaires.

« Avec l'arrivée récente de demandeurs d'asile au Canada, l'Entente sur les tiers pays sûrs ne fonctionne plus comme prévu », est-il écrit dans une note de service.

Pourtant, lors d'une conférence de presse en mai l'an dernier, donc quelques mois après avoir été averti que l'Entente posait problème, Ahmed Hussen a tenu un discours positif dans lequel il a qualifié ladite Entente de « grand outil » et « d'expérience incroyable », pour employer ses mots.

Le bureau du ministre, contacté par Global News, n'a pas voulu émettre de commentaires additionnels sur cette affaire.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?