Chrystia Freeland dénonce le suprémacisme blanc à l'ONU

Chrystia Freeland dénonce le suprémacisme blanc à l'ONU

ven, 29/03/2019 – 16:15
Posté dans :
12 commentaires

La ministre des Affaires étrangères a déclaré que cette idéologie constituait l'une des plus grandes menaces du monde.

Voici la ou les sources de cet article : CBC et TwitterVoici la source de la photo : Gouvernement ukrainienCC BY 4.0

Jeudi, lors d'un discours au Conseil de sécurité de l'ONU, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déclaré que le suprémacisme blanc et l'islamophobie faisaient partie des « menaces les plus graves » auxquelles le monde est confronté.

« Les néonazis, les suprémacistes blancs, les ''incels'', les nativistes et les antimondialistes radicaux qui recourent à des actes de violence constituent une menace pour la stabilité de mon pays et de tous les pays du monde », a-t-elle lancé.

La menace serait telle que le sujet devra être placé au sommet des priorités des prochaines discussions sur la lutte contre le terrorisme mondial, a ajouté Mme Freeland. Comme d'autres l'ont fait avant elle, entre autres son collègue Ralph Goodale à la Sécurité publique, la ministre a aussi effleuré la question de la radicalisation sur Internet et les réseaux sociaux en soutenant que les pays devaient s'unir pour la combattre.

La lutte contre le « suprémacisme blanc » est la tendance du jour dans les milieux politiques et chez les médias de gauche libérale. Cette semaine, Facebook a annoncé que le « nationalisme blanc » et le « séparatisme blanc » allaient désormais être bannis de sa plateforme ainsi que de celle de sa filiale Instagram.

Cette initiative du réseau social ne peut que plaire au gouvernement Trudeau, lui qui répète depuis longtemps que les géants du Web doivent serrer la vis au discours nationaliste.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?