Des organismes génétiquement modifiés dans votre assiette ?

Des organismes génétiquement modifiés dans votre assiette ?

jeu, 11/04/2019 – 11:35
Posté dans :
2 commentaires

Selon le Réseau canadien d'action sur les biotechnologies, 80 % des Canadiens veulent l'étiquetage obligatoire des OGM.

Voici la ou les sources de cet article : Blacklock's et RCABVoici la source de la photo : CC0

Ottawa subit la pression d'intervenants l'incitant à rendre obligatoire l'étiquetage des organismes génétiquement modifiés (OGM) offerts aux consommateurs canadiens.

C'est qu'Environnement et Changement climatique Canada vient d'octroyer un permis à l'entreprise américaine AquaBounty Inc. le 2 avril dernier pour qu'elle puisse débuter sa production de saumon génétiquement modifié dans son usine établie à Rollo Bay, sur l'Île-du-Prince-Édouard.

Si l'entreprise se réjouit de la décision d'Environnement Canada, y voyant la confirmation qu'elle n'a rien à se reprocher relativement à ses activités, Lucy Sharratt, la coordonnatrice au Réseau canadien d'action sur les biotechnologies (RCAB), affirme pour sa part qu'une grande majorité des Canadiens souhaitent que les OGM soient étiquetés obligatoirement. Une tendance qui persiste depuis 1994, selon Mme Sharratt.

Qui dit vrai ?

Toujours est-il qu'on est loin de s'entendre quant aux effets des OGM sur la santé des consommateurs. Pour la coordonnatrice du RCAB, « il y existe un manque important de transparence relativement à la réglementation fédérale en matière d'organismes génétiquement modifiés ainsi qu'une dépendance [du gouvernement] envers la recherche scientifique effectuée par les entreprises ». Ce qui fait dire à Mme Sharratt que « nos législateurs sont indépendants, mais la science qu'ils évaluent ne l'est pas ».

Le député conservateur Bev Shipley n'est pas du même avis. Il va même jusqu'à accuser les détracteurs des OGM de chercher à les diaboliser. « Je croyais que la science déterminait ce qu'est être en santé et la science a déterminé que les OGM sont sains », a-t-il affirmé.

La ministre d'Environnement et Changement climatique Canada, Catherine McKenna, a dit ne pas être au courant de l'octroi d'un permis à l'entreprise américaine le 2 avril dernier. Questionnée par les sénateurs au Parlement à ce sujet, Mme Mckenna a renvoyé la balle à Pêches et Océans Canada.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?