Faire confiance à Facebook ou au gouvernement américain

Faire confiance à Facebook ou au gouvernement américain

jeu, 30/05/2019 – 08:15
Posté dans :
1 commentaire

Que doit-on retenir des propos de la présidente de la Commission électorale fédérale des États-Unis concernant l'entreprise ?

Voici la ou les sources de cet article : Chambre des communes #1#2 et #3 (15:54 à 16:05) / Voici la source de la photo : Brian Solis, FlickrCC BY 2.0

Mark Zuckerberg n'aime manifestement pas être sous les feux de la rampe. C'est que le grand patron de Facebook a encore une fois omis de se présenter dans le cadre d'audiences politiques visant à lui faire rendre des comptes.

Or, on lui avait même offert de le rencontrer plus près de son fief californien : le multimilliardaire était en effet sommé de comparaître devant le Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et la démocratie à la Chambre des communes, mardi, à Ottawa.

L'absence remarquée de Monsieur Zuckerberg n'a pas empêché les membres du comité et certains témoins participant à la séance de remettre ouvertement en question la capacité de Facebook à s'autoréguler.

La présidente de la Commission électorale fédérale des États-Unis, Ellen Weintraub, est même allée plus loin en affirmant que les entreprises de la Silicon Valley ne sont pas en mesure de restaurer la foi des citoyens envers les institutions démocratiques.

Les États-Unis : un corps étranger pour le Canada ?

On ne peut que se réjouir du témoignage de la présidente de la Commission électorale fédérale des États-Unis au Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et la démocratie. Que le gouvernement du pays d'où provient la presque totalité des plateformes de réseaux sociaux utilisés au Québec et au Canada se sente responsable de rechercher des solutions aux défis politiques posés par l'omniprésence des géants du web à de quoi rassurer ceux qui s'inquiètent de la voracité de Mark Zuckerberg pour cette industrie.

Il faut cependant garder à l'oeil que les propos de Mme Weintraub font écho à la situation particulière qui prévaut aux États-Unis. Le Canada est constitué autrement politiquement, sans compter que les intérêts des deux pays ne sont pas toujours symétriques. Des relations incestueuses entre Ottawa et Washington dans des secteurs aussi névralgiques que les communications et les nouvelles technologies de l'information sont donc à proscrire.

Mme Weintraub prétend que la foi des citoyens américains envers leur système électoral « a été soumise à des attaques malveillantes par nos ennemis à l'étranger via des campagnes de désinformation » sur Internet. Elle faisait référence aux présidentielles américaines de 2016. La « tragique » expérience de l'Oncle Sam a le mérite de nous servir d'avertissement ; reste à définir ce qu'on entend par « ennemi », entre nous Canadiens.

Le Grand Comité international sur les mégadonnées, la protection des renseignements personnels et la démocratie comporte des représentants des Parlements allemand et britannique en plus du Sénat mexicain, notamment. Espérons que cette composition plurielle impliquant des pays « alliés » du Canada permette de faire contrepoids au point de vue américain.

Toutefois, le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique, l'hôte de ces séances se déroulant sur trois jours dans la capitale fédérale canadienne, demeure constitué d'une majorité de députés libéraux. Reste à savoir quand nous finirons par nous entendre entre nous, Canadiens.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?