Jeffrey Epstein : le dossier chaud qui éclabousse l'Amérique

Jeffrey Epstein : le dossier chaud qui éclabousse l'Amérique

sam, 13/07/2019 – 17:50
Posté dans :
17 commentaires

Qui a aidé Epstein à recruter ses esclaves sexuelles ? Qui ont profité de leurs services ? Voici un survol de l'affaire.

Voici la ou les sources de cet article : Bloomberg, Fox News, Rolling Stone, CBC, Le Parisien, News 24, Gala, Intelligencer et Wikipedia / Voici la source de la photo : Domaine public

Jeffrey Epstein, un milliardaire proche de plusieurs personnalités américaines et britanniques, a été arrêté le 6 juillet dernier et accusé de trafic d'adolescentes à des fins sexuelles. Lors de perquisitions menées à la résidence principale du milliardaire, les enquêteurs ont découvert des centaines, voire des milliers de photographies suggestives, dont la plupart avaient trait à des mineures.

Epstein n'était pas seul dans son délire libertin. Il se pourrait même qu'il emporte quelques personnalités dans son sillage. Comment le sait-on ? Entre autres parce que les policiers avaient déjà en main un « petit livre noir », comme on l'appelle, un carnet d'adresses contenant une centaine de noms. Des noms de jeunes filles certes, mais aussi de personnes bien connues, avec leurs adresses et numéros personnels.

Donald Trump, Alec Baldwin, Ralph Fiennes, Courtney Love, Ted Kennedy et l'ancien premier ministre israélien Ehud Barak figurent dans le « petit livre noir », ce qui ne signifie pas cependant qu'ils aient été partie prenante du stratagème, tant s'en faut. Mais d'autres personnalités auront peut-être des comptes à rendre aux enquêteurs.

Un secrétaire de Donald Trump éclaboussé

Une tête est déjà tombée dans cette affaire au relent de scandale. Il s'agit du secrétaire américain du Travail, Alexander Acosta, qui a démissionné vendredi dernier pour son implication dans un accord avec Epstein ayant permis à celui-ci d'obtenir une sentence clémente. Cette sentence faisait suite à une première enquête menée au milieu des années 2000 à l'endroit du milliardaire et qui avait conduit à des accusations d'agressions sexuelles sur des mineures.

La police avait interrogé des dizaines de témoins et identifié une vingtaine de filles âgées de 14 à 17 ans qui disaient avoir été agressées sexuellement par Epstein. Acosta, alors procureur des États-Unis pour le district Sud de la Floride, avait accepté de réduire la peine du milliardaire, qui ne passa finalement que 13 mois derrière les barreaux, au grand dam de ses victimes.

Bill Clinton et le prince Andrew

L'ex-président Bill Clinton nie avoir eu un quelconque lien avec le cercle sexuel d'Epstein. Il reste qu'il a voyagé au moins 26 fois à bord du « Lolita Express », le jet privé du milliardaire, de 2001 à 2003. Selon les informations contenues dans les journaux de bord et rapportées par Fox News, quelques-uns des voyages de Clinton à l'intérieur du Lolita Express incluaient d'autres passagers, dont une certaine « Tatiana ».

Virginia Roberts, alias Jane Doe #3, est l'une des mineures qui avaient été « embauchées » par Epstein. Elle affirme avoir vu Clinton en 2002 à « Orgy Island », une propriété privée de 72 hectares dans les îles Vierges américaines. Une affirmation qui, doit-on le préciser, n'a jamais été corroborée.

Or, la même Virginia Robert a déclaré avoir touché 15 593 $ pour avoir couché avec l'un des fils de la reine Elizabeth, le prince Andrew, « durant une orgie avec d'autres jeunes filles mineures, sur ordre de Jeffrey Epstein », rapporte Le Parisien. Epstein a d'ailleurs organisé une fête en l'honneur du prince en décembre 2010. Woody Allen et Katie Couric, présentatrice de la chaîne CBS, étaient parmi les invités à cette soirée qui eut lieu au manoir du milliardaire d'une valeur de 77 millions et situé à Manhattan.

Le prince Andrew s'est mis les pieds dans les plats à plus d'une reprise. Une photographie publiée par la presse britannique le montre « en train d'enlacer une jeune fille de 17 ans qui aurait travaillé comme ''masseuse'' pour Jeffrey Epstein », nous apprend cette fois le magazine Gala. La photo aurait été prise en 2001.

La fille d'un milliardaire britannique impliquée dans le réseau

Jeffrey Epstein recevait de l'aide pour se procurer des esclaves sexuelles. « Son ancienne compagne Ghislaine Maxwell, des domestiques, une secrétaire et les recruteuses orchestraient l'emploi du temps du patron, avec prise de rendez-vous, transport, parfois même à bord de son jet privé », révèle encore une fois Le Parisien.

Pour ceux qui ignorent qui est Ghislaine Maxwell, elle est la fille de l'ancien magnat de la presse, Robert Maxwell. Celui-ci fut un temps un partenaire d'affaires de Pierre Péladeau, entre autres dans le défunt Montreal Daily News, un journal dont la durée de vie n'aura été que d'un an et demi.

Aucune accusation n'a été déposée contre Ghislaine Maxwell, sauf qu'elle est depuis longtemps accusée d'avoir joué un rôle crucial dans le recrutement de jeunes femmes au sein du réseau Epstein et a été citée à ce titre dans quelques poursuites civiles, d'après le magazine Rolling Stone.

L'une de ces poursuites avait été intentée par Virginia Giuffre, qui affirmait avoir été recrutée en 1999 par Maxwell pour devenir l'une des esclaves sexuelles d'Epstein. Elle avait 16 ans à l'époque.

Qui s'assemble se ressemble : Ghislaine Maxwell avait été invitée au mariage de Chelsea Clinton, la fille de Bill, en 2010.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?