Des médias au pays dans la mire de Sécurité publique Canada

Des médias au pays dans la mire de Sécurité publique Canada

lun, 22/07/2019 – 13:30
Posté dans :
4 commentaires

L'administration Trudeau tentera-t-elle d'étouffer certaines voix dans le débat politique pré-électoral ?

Voici la ou les sources de cet article : The Rebel, Gouvernement du Canada #1#2 et #3Voici la source de la photo : CC0

Le rapport final du Centre canadien d'engagement communautaire et de prévention de la violence préparé par la firme de sondage Ipsos en juillet de l'an dernier avait fait bondir les artisans ainsi que la direction du média The Rebel, dont le nom était inclus dans le document.

« Tout en privilégiant l'éducation des leaders et des fournisseurs de services qui travaillent auprès des jeunes, il faut assurer également de meilleurs contrôles sur les médias (par exemple, Rebel) et les médias sociaux (Facebook et Twitter) et leurs communications incitant à la haine », pouvait-on lire dans le rapport de 47 pages.

Voulant en savoir davantage, The Rebel a depuis tenté de tirer les vers du nez des fonctionnaires à Sécurité publique Canada par l'entremise d'une demande d'accès à l'information, sans succès.

Censure et criminalisation de la parole

L'étude d'Ipsos met en valeur toutes sortes de recommandations provenant des 715 individus ayant pris part à l'enquête. Parmi ces idées figurent, notamment, des propositions visant à museler certains individus et porte-paroles de groupes qualifiés d'« extrémistes », voire à les criminaliser. Des suggestions comme l'examen du « rôle des médias dans la perpétuation des stéréotypes nuisibles dans leurs publications et dans les commentaires en ligne qu'ils autorisent » ou l'imposition de « sanctions pénales plus sévères en ce qui touche la participation à toute tribune qui promeut des idéologies haineuses couramment utilisées dans la radicalisation » ont ainsi été formulées par les sondés.

D'autres ont souligné l'importance de prévoir « des incitations et des sanctions » pour les géants du web tel que Google, Facebook et Twitter « afin de réduire les contenus extrêmes » sur ces plateformes. Des échos qui semblent s'être rendus jusqu'au cabinet du premier ministre à Ottawa, la ministre fédérale des Institutions démocratiques, Karina Gould, ayant d'ailleurs évoqué récemment la possibilité de contraindre ces entreprises à retirer rapidement du contenu de leurs plateformes.

Le Centre canadien d'engagement communautaire et de prévention de la violence

Le Centre canadien d'engagement communautaire et de prévention de la violence existe depuis 2017 et « dirige les efforts du gouvernement du Canada pour lutter contre la radicalisation menant à la violence ». Ses activités comprennent « l'élaboration et la mise en œuvre de la Stratégie nationale sur la lutte contre la radicalisation menant à la violence » en plus de « la promotion de la coordination et de la collaboration » avec plusieurs acteurs de façon à « répondre aux réalités au niveau local » et prévenir la radicalisation menant à la violence.

En plus de veiller au financement, à la planification et à la coordination de recherches portant sur le sujet, le Centre canadien d'engagement communautaire et de prévention de la violence met également sur pied des programmes ciblés offrant un soutien financier aux initiatives allant dans le sens de la prévention de la radicalisation menant à la violence.

Notons que l'ex-chef par intérim du Parti libéral du Canada et ancien premier ministre ontarien Bob Rae fait partie du Comité national de spécialistes sur la lutte contre la radicalisation menant à la violence appartenant au Centre canadien.

L'étude de la firme de sondage Ipsos s'est déroulée du 5 avril au 3 mai 2018. Sept-cent-quinze individus ont participé à cette enquête, au nombre desquels 154 professionnels et 95 membres d'une organisation quelconque étaient invités à se prononcer. Une forte proportion de participants venaient de l'Ontario avec 278 personnes interrogées, contre 103 et 104 seulement en provenance du Québec et de l'Alberta respectivement. La Colombie-Britannique était, pour sa part représentée, par un échantillon de 114 personnes.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?