Un Cubain critique les immigrants qui veulent faire la loi

Un Cubain critique les immigrants qui veulent faire la loi

sam, 06/10/2018 – 09:45
Posté dans :
16 commentaires

Ricardo Figueiras remet les pendules à l'heure sur Facebook à propos des accommodements et son témoignage devient viral.

Voici la ou les sources de cet article : Facebook de M. Figueiras et YouTubeVoici la source de la photo : Facebook

Tiens, on dirait que l'approche d'Aldo Sterone fait des petits de ce côté-ci de l'Atlantique... Aldo Sterone, c'est le sobriquet d'un immigrant algérien qui travaille à Londres et qui met régulièrement ses vidéos en ligne afin de partager son ressenti sur divers sujets liés à l'immigration et au choc des cultures.

Voilà qu'un immigrant cubain, se disant fier Québécois, emprunte la voie du témoignage pour venir partager avec nous son ressenti face à l'épineuse question des accommodements à toutes les sauces.

Ricardo Figueiras s'est fendu d'une petite vidéo qui semble avoir été taillée sur mesure pour motiver la nouvelle équipe au pouvoir au Parlement de Québec. Sa vidéo, intitulée « A vous les inmigrante de la part de un émigré », est cocasse et pleine de gros bon sang.

Il dénonce l'ingratitude de certains

Celui qui se qualifie de « Cubanoquois » s'emporte contre les immigrants qui viennent profiter de notre accueil pour trouver un emploi et, une fois bien installés, se mettent à critiquer notre mode de vie en réclamant des accommodements.

Comparant la situation de certains migrants à celle des itinérants, il met en scène le cas d'un déshérité qui aurait trouvé refuge chez une âme charitable : « Imagine-toi que tu vas chercher un itinérant [sur] la [rue] et tu lui dis : "Viens chez moi, je vais te donner la chance d'avoir une meilleure vie" ».

Poursuivant sur sa lancée, M. Figueiras précise le tir : « Tu amènes l'itinérant chez toi, puis, deux semaines après, l'itinérant il commence à travailler, à faire un petit peu de sous, mais l'argent qu'il fait, il l'envoie [au complet] dans son pays pour sa famille. Puis, deux semaines après, il dit : "Pardon, tes enfants ils écoutent de la musique rock, puis moi j'aime pas ça !" »

Incapable de retenir sa sainte colère plus longtemps, notre « Cubanoquois » pète les plombs : « Criss, moi j'suis Cubain là, pis moi je ne demande pas aux Québécois [la permission] de me promener [sur] la route, une machette à la ceinture, pas de chemise, un chapeau en paille et une bouteille de rhum dans la main parce que moi je faisais pareil à Cuba. Chu pu à Cuba tabarnak, si t'es pas content là, ben criss ton camp dans ton pays ! »

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?