Voyages mortels : quand l'amour des étrangers tue

Voyages mortels : quand l'amour des étrangers tue

jeu, 24/01/2019 – 19:00
Posté dans :
0 commentaire

Naïveté, insouciance ou angélisme ? Comment pourrions-nous autrement définir ce dangereux amour de l'autre chez la gauche ?

Voici la ou les sources de cet article : Wikipedia, Toronto Sun, Free West Media, Jihad Watch, Global News, The Washington Post et Snopes / Voici la source de la photo : CC0

Elles s'appelaient Louisa Vesterager Jespersen et Maren Ueland, deux jeunes femmes de 24 et 28 ans, la première d'origine danoise, la seconde norvégienne. Arrivées au Maroc le 9 décembre avec l'intention de faire du trekking et de découvrir de nouvelles cultures, Jespersen et Ueland ont fait escale à Marrakech avant de se rendre à Imlil, dans les montagnes de l'Atlas, un lieu populaire chez les touristes. Ce fut là leur dernière destination.

Le matin du 17 décembre, deux randonneurs français découvraient les corps des deux femmes près d'un sentier reliant Imlil au mont Toubkal. Un suspect, Abderrahim Khayali, a rapidement été appréhendé, trahi par une carte d'identité oubliée et une vidéo de surveillance. Trois autres complices ont été arrêtés à leur tour, à Marrakech. Tous avaient prêté allégeance à l'État islamique. Ironie du sort : Maren Ueland avait partagé une vidéo contre l'islamophobie sur le site Internet Morocco World News.

En juillet 2018, Lauren Geoghegan et son ami Jay Austin, tous deux originaires de Washington, en étaient à leur 369e jour de voyage au moment où ils traversaient le Tadjikistan avec un groupe d'étrangers. La randonnée fut soudainement interrompue lorsque cinq hommes sont sortis d'une voiture pour foncer sur les touristes avec des couteaux, faisant quatre morts, dont le couple américain.

Les autorités tadjikes ont imputé l'attaque à un groupe séparatiste d'origine musulmane, mais l'État islamique en a revendiqué la responsabilité dans une vidéo montrant les cinq agresseurs présumés. Geoghegan et Austin étaient partis des États-Unis en juillet 2017 et relataient leurs aventures sur un blogue appelé SimplyCycling.

Le couple était en quête d'une meilleure compréhension du monde, ont déclaré Robert et Elvira Geoghegan, les parents de Lauren. Sur le blogue, Jay Austin avait écrit ceci : « [...] vous êtes amené à croire que le monde est un endroit immense et effrayant. On ne peut pas faire confiance aux gens, selon le récit. [...] Les gens [seraient] méchants [et] malveillants. Je n'y crois pas », avait-il raconté, non sans ajouter que « [l]e mal est un concept imaginaire que nous avons inventé pour faire face à la complexité des autres êtres humains qui détiennent des valeurs, des croyances et des perspectives différentes des nôtres [...] ».

C'était là l'opinion d'un libéral qui croyait que le genre humain était, avant toutes choses, bienveillant. Il n'était pas le seul. « Je n'aurais aucun problème à dire à des amis proches d'aller en Asie centrale », a déclaré Paul Stronski, chercheur principal du programme Russie et Eurasie au Carnegie Endowment for International Peace. Un autre, Scott Stewart, vice-président chargé des analyses tactiques chez Stratfor, une société de renseignement géopolitique, ne voit rien dans l'attaque contre Geoghegan et Austin qui pourrait l'inciter à sonner l'alarme.

Trop téméraires ou trop naïfs, les Occidentaux ? Après l'annonce de la mort de Louisa Vesterager Jespersen et Maren Ueland, Robert Spencer, de Jihad Watch, a descendu en flamme la culture libérale qui veut que le monde n'ait que du bon à offrir. « [Jespersen et Ueland] ne sont pas seulement victimes de l'État islamique », a-t-il écrit dans un article paru le 23 décembre. « Elles sont aussi les dernières victimes du monde fantaisiste de la gauche ». Et M. Spencer d'ajouter que « Jespersen et Ueland ont sans doute appris que l'islam est une religion de paix et que seuls les ''islamophobes'' racistes et bigots pensent le contraire ».

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?