C'est aujourd'hui la Journée internationale du hidjab

C'est aujourd'hui la Journée internationale du hidjab

ven, 01/02/2019 – 10:00
Posté dans :
11 commentaires

L'événement se veut rassembleur, pourtant, certains intégristes radicaux l'appuient sans réserve.

Voici la ou les sources de cet article : World Hijab Day #1#2 et #3, Huffpost UK, Al Jazeera, Gouvernement du DanemarkThe Times et Twitter / Voici la source de la photo : Frank Boston, FlickrCC BY 2.0

Ce vendredi 1er février est un jour bien spécial pour certaines féministes qui se positionnent à gauche du continuum idéologique. Car celles-là célèbrent le fameux World Hijab Day, la Journée mondiale du hidjab.

Le mouvement a été lancé en 2013 « en reconnaissance des millions de femmes musulmanes qui choisissent de porter le hidjab pour mener une vie de pudeur ». C'est une femme originaire du Bangladesh, Nazma Khan, qui en a eu l'idée pour « favoriser la tolérance et la compréhension religieuses en invitant des femmes [...] à faire l'expérience du hidjab pendant une journée ».

Sur le site Internet de l'événement, on nous mentionne que 145 pays soulignent cet événement. Curieusement, l'Iran et l'Arabie saoudite y figurent, des États qui n'offrent aucun choix aux femmes : soit elles portent le voile soit on les emprisonne. Autre curiosité : quelques-uns des « parrains » du Hijab Day sont des figures connues de la branche radicale de l'intégrisme.

C'est le cas de Bilal Philips, qui possède la double citoyenneté canadienne et qatarie. Nommé co-conspirateur dans les attentats du World Trade Center en 1993, Philips a été banni du Danemark, de l'Australie, du Bangladesh, de l'Allemagne, du Kenya, des Philippines, des États-Unis et du Royaume-Uni.

Aux Philippines, il a été arrêté en 2014 pour « incitation et recrutement de personnes dans le but de mener des activités terroristes », ainsi que pour « ses opinions extrémistes et ses liens possibles avec des groupes terroristes ». Au Royaume-Uni, il fait l'objet d'une interdiction de territoire parce qu'il a tenu des propos qui laissaient entendre, entre autres, qu'il appuyait les auteurs d'attentats-suicides. Homophobe, il juge que les homosexuels méritent la peine de mort.

Un autre « parrain » du Hijab Day, Abdullah Hakim Quick, tient lui aussi un discours homophobe. Dans une vidéo publiée sur YouTube le 6 mai 2016, on peut l'entendre dire que l'homosexualité vaut une condamnation à mort.

L'homophobie semble d'ailleurs un point en commun que partagent plusieurs « parrains » du Hijab Day. Le mufti Ismail ibn Musa Menk, du Zimbabwe, en est un chef de file, lui qui a aussi été banni du Danemark et de Singapour en raison de ses positions radicales. Un autre, Yasir Qadhi, a déjà dit à ses étudiants que « tuer des homosexuels et lapider les adultères faisaient partie de leur religion ».

Ces hommes appuient sans réserve, faut-il le rappeler, la Journée mondiale du Hidjab.

En réponse à cet événement qui est loin de faire l'unanimité, un contre-mouvement appelé nohijabday a été créé sur Twitter. Plusieurs personnalités y participent, dont la Québécoise d'origine saoudienne, Ensaf Haidar, l'épouse de Raif Badawi, et Djemila Benhabib.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?