Deux musulmanes canadiennes arrêtées en Syrie

Deux musulmanes canadiennes arrêtées en Syrie

mer, 13/02/2019 – 08:15
Posté dans :
10 commentaires

L'une d'elles dit croire en la charia et ne regrette aucunement d'être allée rejoindre son mari au sein de l'État islamique.

Voici la ou les sources de cet article : CTV NewsCNN et CBC News / Voici la source de la photo : Wouter Engler, Wikimedia, CC BY-SA 4.0

Deux « Canadiennes » ont été capturées ces derniers jours en Syrie par les Forces démocratiques syriennes, une coalition militaire dirigée par les Kurdes et alliée des États-Unis. Les deux femmes ont été récemment interviewées par le réseau américain CNN.

L'une d'elles, Dura Ahmed, est originaire de Toronto. En 2014, elle s'est rendue à Raqqa, en Syrie, pour rejoindre son mari qui y était depuis 2012 chez les troupes de l'État islamique (EI). Complètement couverte d'un niqab noir, la Torontoise a tenu des propos pour le moins troublants. « Avez-vous entendu parler des massacres [...] de femmes yézidies mises en esclavage? », lui a demandé Ben Wedeman, reporter à CNN. « Eh bien, d'avoir des esclaves fait partie de la charia », a répondu Dura Ahmed. « Je crois en la charia, où qu'elle se trouve. Nous devons suivre ceux qui appliquent la [...] loi. »

Elle dit ne pas regretter du tout d'être allée en Syrie, là où elle a mis au monde deux garçons.

L'autre Canadienne est une ex-designer graphique de l'Alberta qui n'a pas révélé son nom. Elle aussi est allée en territoire de l'EI à l'instigation de son mari.

Selon CTV News, Affaires mondiales Canada serait au courant de la situation des deux Canadiennes. L'organisme serait-il sur le point de les rapatrier aux pays ? « Compte tenu de la situation sécuritaire sur le terrain, la capacité du gouvernement du Canada à fournir une assistance consulaire dans n'importe quelle partie de la Syrie est extrêmement limitée », s'est contenté de déclarer un porte-parole d'Affaires mondiales Canada, Richard Walker.

M. Walker a ajouté qu'Ottawa avait « mis en place un canal de communication avec les autorités kurdes afin de localiser certains citoyens canadiens » en Syrie. Le ministre canadien des Affaires étrangères, Ralph Goodale, a néanmoins tenu à préciser qu'il n'avait jusqu'à présent entrepris aucune démarche pour rapatrier les deux Canadiennes.

Amarnath Amarasingam, chercheur à l'Institute for Strategic Dialogue, basé à Toronto, a déclaré à CBC News qu'il connaissait au moins quatre hommes, cinq femmes et 11 enfants d'origine canadienne placés en détention en Syrie.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?